Le Beau n’est-il que l’objet d’une perception ? Dissertation by MeliMelo93

Le Beau n’est-il que l’objet d’une perception ?
Dissertation de philosophie portant sur la notion du beau, objet d'une contemplation agréable désintéressée.
№ 6031 | 1,305 mots | 0 sources | 2008
Publié le mai 29, 2008 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Cette dissertation analyse le plaisir face à l’œuvre d’art, face à la vie en général qu'il faut chercher à percevoir.
Cependant, le Beau ne doit-il pas être vécu comme l’objet d’une perception ? N’y a-t-il en ce sens qu’une seule façon d’apprécier, d’aimer l’œuvre ? Ou ne peut-on pas aussi se fier à son instinct et son imaginaire pour aimer en ce sens le Beau ?

I. Le Beau a été longuement étudié au cours des siècles derniers à travers notamment Platon, Aristote ou bien encore Kant

II. Nous ne pouvons établir le Beau comme simplement un objet de perception car il n’est pas à proprement réel, il y a aussi et surtout une part d’imaginaire dedans

III. L’objet est un aspect important dans la qualification du Beau

Extrait du document:

Tout d’abord, le Beau est une notion particulièrement complexe dans le domaine philosophique. Ce terme peut être défini comme ce qui, dans un être ou un objet, sera susceptible de provoquer en nous du plaisir, une contemplation agréable. Cependant selon Kant, ce plaisir est désintéressé et universel. Dire qu’une chose est belle, ce n’est pas simplement dire qu’elle nous plait, mais supposer au contraire que tout homme peut éprouver la même passion, le même intérêt envers cet objet. C’est ce que l’on nomme l’universalité des plaisirs. A côté de cela, pour ressentir cette beauté, il faut avoir conscience de sa propre perception. Mais qu’est ce que la perception ? La perception est l’acte par lequel un sujet organise sans réflexion ses sensations présentes, les interprètes et les complètes par des souvenirs, des images. Le sens de la perception interne suppose une coordination des données des différents sens dont est capable l’animal aussi bien que l’homme. Seul ce dernier a le pouvoir d’aperception, autrement dit d’avoir conscience de la perception qui requiert le raisonnement...

Commentaires