Le bon goût, est-ce mon goût ? Dissertation by MeliMelo93

Le bon goût, est-ce mon goût ?
Dissertation qui analyse s’il existe une norme parfaite tendant à distinguer ce qui est de bon goût de ce qui ne l’est pas.
№ 6040 | 1,975 mots | 0 sources | 2008
Publié le mai 29, 2008 in Philosophie , Arts
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le bon goût peut être objectif, tout en amenant dans ce caractère un élément subjectif puisque chaque être a sa façon de penser les choses, que ce soit face à un sentiment ou à une sensation.
Un critique ne devra pas avoir le même regard sur une œuvre d’art qu’un amateur. Ici, la théorie de Kant est valable dans le sens où l’amateur ne peut avoir qu’un regard subjectif puisqu’il juge selon son bon goût.
La théorie de Nietzsche est cependant valable aussi quand il s’agit des érudits d’art car celui-ci se doit d’être le plus objectif possible.
Le bon goût peut alors s’établir lorsqu’il s’agit de sentiments, ici dans un jugement du goût tandis qu’il est difficilement adaptable aux sensations, qui relèvent plutôt du jugement esthétique.

1. La subjectivité du goût

2. Le jugement esthétique

3. L’intention de l’auteur de l’œuvre

Extrait du document:

En effet, au XVIIIe siècle, Voltaire, Hume et Kant, penseurs et écrivains, ont ruiné à leur façon le dogme platonicien de la beauté idéale, éternelle et immuable, pour mettre l’accent sur la subjectivité du goût. Pour cela, Kant a retranscrit ses idées dans « La critique de la faculté de juger » où il suggère la différence élémentaire entre les sentiments et les sensations. Il disait « La beauté n’est pas une qualité inhérente aux choses elles mêmes, elle existe seulement dans l’esprit qui la contemple et chaque esprit perçoit une beauté différente ». En effet, pour lui, la représentation des sensations peut être objective tandis que celle des sentiments ne peut l’être, elle est subjective. Les sensations nous font entrer en contact avec une chose élémentaire de façon intéressé tandis que les sentiments sont désintéressés et reposent sur l’accord entre les facultés d’imagination et d’entendement. Un jugement sur la beauté en lequel se mêle le plus petit intérêt est intéressé et n’est donc pas « pur ». Pour jouer le rôle du juge en matière de goût, il ne faut pas se soucier de l’existence de l’objet, le jugement du goût n’étant fondé sur aucun intérêt puisque ce suffisamment à lui-même, ce n’est cependant que dans la société qu’il devient important d’avoir du goût.
  • Dissertation qui tente de savoir s'il existe une définition du mauvais goût et si elle est toujours valable.
    № 16147 | 1,865 mots | 3 sources | 2010 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Analyse de la modernité à travers le film "Mon oncle" de J.Tati et l'Exposition Universelle de Bruxelles.
    № 16798 | 1,760 mots | 6 sources | 2010 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire composé sur l'ouvrage « Mon secret » de François Pétrarque se demandant par quels procédés et caractéristiques, l'œuvre de Pétrarque parvient à être une parfaite représentation des débuts de l'humanisme.
    № 31287 | 2,850 mots | 4 sources | 2015 | FR | détails
    8,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires