Le bonheur consiste-t-il à ne plus rien désirer ? Dissertation by Lououte54

Le bonheur consiste-t-il à ne plus rien désirer ?
Dissertation qui analyse s'il ne serait pas préférable pour l'individu de ne plus rien désirer et si être dépourvu de cette faculté le conduirait au bonheur tant recherché.
№ 6006 | 1,005 mots | 0 sources | 2007
Publié le mai 29, 2008 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Malgré les troubles dont il peut être responsable, le désir, à la fois source d'inquiétude et preuve de liberté, fait en conclusion partie intégrante de la vie humaine en tant que son moteur, et pour cette raison au moins on ne saurait être heureux sans lui.
Ainsi donc, il revient à l'homme de démêler ses désirs et de sélectionner ceux qui sont susceptibles d'avoir un intérêt.
De toute évidence, si le bonheur absolu n'est pas un idéal auquel l'homme peut prétendre, cette démarche lui permettra peut-être de côtoyer la vision subjective et imaginaire qu'il s'en fait.

1. En quoi le désir, qu'il soit ou non assouvi, semble vouer l'homme au malheur

2. L'absence de désir ne convient pas

3. Quelle solution pourrait se rapprocher de l'idéal de bonheur fixé ?

Extrait du document:

Tout d'abord, le désir, par la nature de son objet autant que par son caractère insatiable, ne pourrait mener l'homme à être heureux. L'homme, fruit d'une culture, est un être de désir : il est conscient de ce dont il manque et tend à l'obtenir. Selon Leibniz, « l'inquiètude qu'un homme ressent en lui-même par l'absence d'une chose qui lui donnerait du plaisir si elle était présente, c'est ce qu'on nomme désir ». Aussi on s'aperçoit d'ores et déjà que du désir naît une certaine angoisse liée à l'envie contingente d'une chose peu ou pas abordable. En même temps, au sein du désir réside un paradoxe très problématique pour l'épanouissement de l'homme, car s'il ne se réalise pas, il sera la cause d'une frustration, mais si l'objectif est atteint il en résultera une sorte de déception due à l'estompation du désir (« Il n'en vaudrait pas mieux pour les hommes qu'il arrivât ce qu'ils désirent », Héraclite). Le désir se veut contradictoire puisqu'il souhaite être satisfait tout en restant désir : on jouit moins de ce qu'on a que de ce qu'on espère et comme le dit Proust « le désir fleurit, la possession flétrit toutes choses ».

Commentaires