Le bonheur dépend-il du savoir ? Dissertation

Le bonheur dépend-il du savoir ?
Dissertation se demandant si pour être heureux, le savoir est vraiment nécessaire.
№ 30216 | 2,990 mots | 0 sources | 2013 | FR
Publié le nov. 15, 2013 in Philosophie , Psychologie , Questions Sociales
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le bonheur correspond a un état durable de plénitude et de satisfaction ; donc au bien-être de l'esprit et du corps, ce qui en exclu la souffrance, le trouble et l'inquiétude. Ce bonheur, s'il peut-être durable dans de rares cas, est d'une manière plus générale bref et aléatoire. Cela ne peut donc être un concept, car il dépend des aléas de la vie, et des changements imprévisibles qui s'effectuent constamment chez un individu.
Nous allons tout de même nous demander ce qui peut bien provoquer ce bonheur, de manière générale, mais aussi dans l'absolu. Le bonheur peut-il dépendre du savoir ?
Le problème qui s'impose à nous est donc celui de savoir si pour être heureux, le savoir est vraiment nécessaire. S'il est impossible d'être heureux, en ne sachant rien, et en vivant dans une société dans laquelle le savoir est exclu ou inexistant.

1. Le bonheur dépend du savoir
2. Le bonheur peut ne pas dépendre du savoir
3. Le bonheur dépend du savoir qui est un moyen d'apprécier les choses dans leur totalité

Extrait du document:

Le bonheur peut être le résultat de la satisfaction de quelque chose. Or, il existe quatre sortes de satisfactions que l'on peut considérer comme liées au bonheur : la satisfaction du désir, qui correspond à une satisfaction du corps et à l'obtention de biens matériels ; la satisfaction du devoir, avec l'accomplissement du « bien » qui est un peu comme un but que l'on se donne à soi même...et ce pour quoi on est largement félicité ; la satisfaction du beau, avec la contemplation esthétique ; et enfin la satisfaction du vrai, qui correspond au désir de connaissance.
On constate donc que le savoir est également un désir. Or, si c'est un désir, pourquoi est-ce que ce ne serait pas un désir comme un autre ? Le bonheur, par la satisfaction des désirs, ne serait donc possible à définir qu'en fonction des caractères individuels.

Commentaires