Le bonheur est-il est idéal égoïste ? Dissertation

Le bonheur est-il est idéal égoïste ?
Dissertation de philosophie se demandant si l'homme peut vraiment construire son propre bonheur sans impliquer les autres et son entourage.
№ 29205 | 1,720 mots | 0 sources | 2012 | FR
Publié le janv. 23, 2013 in Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Avant tout, il est essentiel de préciser que la notion de bonheur est à distinguer de la notion de plaisir qui n'est que la satisfaction d'un désir ponctuel. Le bonheur se vit dans la durée, contrairement au plaisir qui est éphémère.
En effet par définition, le bonheur est un état de global et permanant de satisfaction parfaite. La recherche de ce bonheur, est commune à tout homme, Aristote dit que le bonheur « c'est d'abord cette fin à quoi chacun aspire, un but universel et ce qui anime toute les actions humaines. » Cela donne donc un caractère universel au bonheur et signifie que tout ce que fait l'homme est donc un moyen d'atteindre son propre bonheur, directement ou indirectement, et de satisfaire ses propres désirs. Cette recherche semble donc centrée sur la vie personnelle de l'homme.

1. La première partie présente la thèse : explique dans quelle mesure la recherche du bonheur peut être considérée comme un but personnel et égoïste
2. La deuxième partie présente l'antithèse : tente de démontrer qu'en même temps, cette recherche semble se faire avec les autre et qu'autrui est indispensable à l'épanouissement et au vrai bonheur de l'homme

Extrait du document:

Pascal dit que « tout les hommes recherchent d'être heureux ». Les philosophes, malgré leurs divergences de théories, s'accorde à dire que la recherche du bonheur porte ce caractère universel, qui en fait le but commun à tout homme.
Selon Hobbes, les hommes désirent tous les mêmes choses, ce qui les mettrait donc dans des positions rivales les uns par rapport aux autres. L'homme serait heureux, en parvenant à avoir ce qu'il désire, au détriment de l'autre, ce qui rendrait sa recherche égoïste. Les hommes seraient donc dans une sorte de « lutte » chacun en concurrence avec l'autre, acharnés à construire leur propre bonheur sans se soucier des autres, ni de ce que pourrais être l'impact de ses actions sur eux.
Mais l'homme, pourtant, vit au sein d'une communauté, ne devrait-il pas désirer le bon fonctionnement de celle-ci ?

Commentaires