Le commerce extérieur français Dissertation by amandine123456

Le commerce extérieur français
Dissertation qui cherche à savoir quels sont les moyens à mettre en œuvre pour renforcer les atouts et corriger les déséquilibres constatés dans le commerce extérieur français. (pdf)
№ 26942 | 3,785 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le nov. 13, 2011 in Économie
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'économie française est une économie ouverte sur l'extérieur. Elle exporte une part croissante de son produit intérieur brut et ses importations alimentent une part croissante de la consommation et de l'investissement. La France est le cinquième exportateur mondial de marchandises et le quatrième en terme de services, mais elle connaît un solde commercial déficitaire depuis plusieurs années même si l'on note un récent regain. Comment expliquer cette situation pour un pays qui reste parmi les leaders de l'exportation?
Après avoir rappelé les forces et faiblesses du commerce extérieur français, nous tenterons d'envisager les moyens à mettre en œuvre pour renforcer les atouts et corriger les déséquilibres constatés.

Extrait du document:

En effet, l'élasticité-revenu moyenne des exportations françaises figure parmi les plus faibles des pays riches. La France compte davantage de secteurs à faible élasticité qui se composent de biens de consommation finale ou issus des industries agroalimentaires que de secteurs à forte élasticité qui regroupent des biens d'investissement, comme c'est le cas en Allemagne. Cet écart présente d'ailleurs un aspect systématique; pour un même bien, l'élasticité-revenu à l'exportation de la France est plus faible que l'Allemagne. Ce facteur semble être celui qui contribue le plus à la dégradation des performances relatives de la France. Le second élément explicatif de la fragilité relative des positions des entreprises françaises sur les marchés étrangers correspond à la sensibilité accrue des importateurs à la compétitivité-prix des exportations françaises. En effet, depuis 2001, les exportations françaises sont devenues plus sensibles à la compétitivité-prix, ce qui pourrait signifier, selon Nivat et Villetelle, que l'offre de produits des entreprises françaises se distingue de moins en moins de celles de leurs concurrents étrangers. Le prix deviendrait ainsi un critère de discrimination de plus en plus grand. Cette faiblesse peut révéler un déficit des produits français en innovation et image de marque. L'enquête de compétitivité du Centre d'observation économique de 2004 montre que le contenu en innovation technologique constitue le point faible de la compétitivité hors-prix des produits français et s'est dégradé comparativement aux produits allemands entre 1996 et 2004, avant de s'améliorer.

Commentaires