Le désenchantement citoyen Dissertation

Le désenchantement citoyen
Dissertation de culture générale qui tente de comprendre la crise que traverse la démocratie représentative française vis-à-vis de la légitimité démocratique et de l'intérêt général.
№ 1617 | 1,300 mots | 0 sources | 2007
Publié le oct. 30, 2007 in Philosophie , Sciences Politiques
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le 21 avril 2002, l’éviction de Lionel Jospin au premier tour de l’élection présidentielle a été vécue comme un véritable séisme politique jusqu’à devenir le symbole, toujours présent à l’esprit, du désenchantement des citoyens à l’égard du système politique français.
Dans une première partie, cette étude observe que la tension structurelle entre individuel et collectif rend impossible la confiance citoyenne en la légitimité démocratique et en l’intérêt général tels qu’ils sont actuellement pensés dans le système de démocratie représentative. Dans une deuxième partie, on peut se demander si pour autant, la prise de conscience des méfaits d’un individualisme excessif, peut aboutir à une refondation de la démocratie dans le sens d’une plus grande adhésion populaire.

Extrait du document:

La confiance dans le système représentatif ne pourrait être assurée que moyennant un équilibre entre individuel et collectif. En effet, les notions mêmes de légitimité démocratique et d’intérêt général font transparaître une tension. D’une part, la légitimité dans notre conception moderne consiste en la délégation de sa souveraineté à un élu. De même, la notion d’intérêt est intrinsèquement individuelle puisqu’elle désigne ce qui importe à quelqu’un. D’autre part, les termes de démocratique et de général se veulent résolument tournés vers la collectivité. En effet, la démocratie désigne étymologiquement le gouvernement du peuple. La notion de représentation ne répond qu’à une nécessité technique mais était considérée à ses débuts comme contraire à la démocratie par ses tenants mêmes à l’instar de Sièyes. Cette tension se retrouve également dans la confrontation des deux notions. La légitimité démocratique est conférée à des individus alors que l’intérêt général se veut un dépassement des intérêts individuels dans la conception française.

Commentaires