Le développement de la technique peut-il être un facteur d'esclavage ? Dissertation

Le développement de la technique peut-il être un facteur d'esclavage ?
Dissertation qui pose la question de savoir si le développement de la technique pourrait être source de liberté ou bien au contraire source d'aliénation.
№ 13222 | 1,830 mots | 0 sources | 2009
Publié le déc. 15, 2009 in Littérature , Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le développement de la technique fait l'objet d'opinions divergentes. En effet, parfois les individus s'émerveillent devant les réalisations et les avancées réalisées, définies comme le progrès, d'autres fois, en redoutent les conséquences. Alors son développement, pourrait-il être source de liberté ou bien au contraire source d'aliénation ? Cette question est d'autant plus intéressante que le progrès technique est omniprésent en ce siècle et dans les sociétés développées actuelles qui feraient alors l'objet d'une importante remise en question s'il pouvait mener à l'esclavage. D'ailleurs Heidegger dit : « si nous considérons la technique comme quelque chose de neutre c'est alors que nous lui sommes livrés de la pire façon ».

Extrait du document:

Non contente d'amoindrir nos fatigues, la technique nous libère également l'esprit. Il est important de reconnaître que le développement de la technique conduit à la diffusion du savoir. La naissance de l'imprimerie et Internet par exemple, permettent aux individus une pensée informée et libre qu'ils n'auraient jamais connus sans ces développements. Les individus y gagnent en sens critique, en culture générale, et donc en faculté de choix, ce qui implique et contribue donc à l'abolition de l'esclavage car il n'est plus possible de traiter comme de simples instruments des hommes qui travaillent intelligemment. De plus, plus les instruments de production sont automatisés, plus l'ouvrier doit posséder de compétences techniques, et plus cela l'oblige à travailler avec précision ce qui l'oblige à se discipliner.

Commentaires