Le développement des puissances hégémoniques Dissertation

Le développement des puissances hégémoniques
Dissertation économique et historique qui s'interroge sur le rôle des puissances hégémoniques dans les relations internationales de 1800 à nos jours, et sur leur impact sur le développement et la croissance d'autres nations.
№ 10141 | 3,195 mots | 3 sources | 2009
Publié le févr. 15, 2009 in Économie , Histoire , Relations Internationales
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La Chine est aujourd'hui la troisième puissance économique mondiale. Elle est appelée à remettre en cause l'hégémonie américaine dans les vingt prochaines années. Dans les années 1860, le monde était dominé par l'« économie-monde » anglaise (F. Braudel).
En effet, c'est elle qui gère le monde à travers la spécialisation des pays qu'elle organise grâce à son avance industrielle puisque le Royaume-Uni est le premier pays à connaître une Révolution Industrielle dès les années 1780.

A. La Grande-Bretagne, une puissance hégémonique qui organise une division internationale du travail à l'origine de son rattrapage
1. Un marché intérieur ouvert
2. Un système monétaire international au service de la finance
3. Mais des concurrents qui renversent l'ordre établi

B. Les leçons du passé : l'hégémonie américaine à partir de 1944 est assumée, puis les contraintes se relâchent
1. Une volonté de reconstruction
2. Un nouveau système monétaire international qui privilégie la stabilité
3. Un pays libre de toutes contraintes

C. Entre conquête d'autonomie de pays tiers et domination, entre gestion des contraintes et laxisme, les différentes hégémonies sont sources d'instabilité depuis les années 1960
1. Les pays les moins avancés en quête de reconnaissance
2. Echecs de développement : les voies du progrès absentes
3. La dette, un outil très risqué
4. Les Nouveaux Pays Industrialisés conquièrent le progrès


Extrait du document:

Dans les années 1970, de nombreux pays en développement s'endettent lourdement en dollar. Ils en tirent des bénéfices dans un premier temps puisque le dollar se déprécie lourdement entre 1973 et 1979. De plus, les chocs pétroliers de 1973 et 1979 induisent des rentes élevées pour les pétromonarchies qui sont réinvesties dans les pays en développement au vu des perspectives de rentabilité supérieures qu'ils offrent par rapport aux pays développés. Le dollar joue alors encore un rôle de gestion des contraintes d'investissement et de demande d'épargne des différents pays, malgré que les Etats-Unis n'en gèrent plus la valeur. Mais en 1979, le Président Johnson nomme P. Volcker à la direction de la FED, qui relève les taux directeurs à 12% pour attirer de nouveau les capitaux étrangers sur le sol américain et redresser la valeur du dollar. Il s'agit de l'avènement des thèses libérales monétaristes, fondées sur Friedman, qui publiait en 1969 Inflation et systèmes monétaires : pour lutter contre l'inflation galopante dans les pays développés, il faut privilégier un financement ex ante par l'épargne internationale plutôt que ex post par le crédit bancaire.
Les Etats-Unis reprennent donc en main leurs contraintes. Néanmoins, conjointe au contre-choc pétrolier du début des années 1980, cette politique de taux élevés joue contre les emprunts des pays en développement : d'une part, les prêts contractés et libellés en dollar deviennent plus chers, d'autre part, les nouveaux prêts nécessaires aux pays les plus pauvres sont extrêmement coûteux. C'est pourquoi l'hégémonie américaine, érodée dans les années 1970 mais reprise en main dès 1979 est à l'origine de la crise de la dette qui éclate le 12 août 1982 avec le Mexique, qui ne parvient pas à réunir 300 millions de pesos sur les marchés financiers pour entretenir sa dette de 80 milliards de dollars. Le Mexique entre alors en cessation de paiements, sa monnaie subit les « fourches codines » des marchés financiers d'où une forte dépréciation. Les autres pays détenteurs de créances sont de fait moins compétitifs et sont entraînés dans une crise monétaire internationale.

Commentaires