Le droit est-il la limite de la politique ? Dissertation

Le droit est-il la limite de la politique ?
Dissertation qui pose la question de savoir si l'Etat est soumis à des rapports de droits.
№ 13120 | 3,240 mots | 0 sources | 2009
Publié le nov. 29, 2009 in Droit , Philosophie , Sciences Politiques
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La limite n'est pas une simple borne, une réalité empirique, condition de possibilité, de légitimité. Le droit est l'ensemble des règles que la politique ne doit pas transgresser si elle ne veut pas dégénérer en violence. En ce sens c'est bien une borne, une limite d'empêchement négatif. Le droit est ce qui rend la politique possible, c'est-à-dire légitime : de ce point de vue la limite prend un sens politique. Sans le droit, la politique perdrait toute légitimité et perdrait son nom. Est-ce vraiment le droit qui est la condition de la politique ou n'est-ce pas plutôt l'inverse ? N'est-ce pas seulement à l'intérieur du cadre politique que l'on peut parler de droit ?

Extrait du document:

Sophocle nous présente le légendaire conflit d'Antigone et de Créon. Est intéressante l'expression de « lois non écrites » : il existerait donc des obligations relatives au rapport entre les hommes dans la société. Ces lois non écrites ont plus de poids que les lois promulguées par le gouvernement (décret de Créon). C'est au nom de ces lois fondamentales qu'Antigone transgresse le décret de Créon au nom d'une justice. La loi non-écrite n'est pas à proprement parler du droit. Reste que le droit lui-même n'est guère pensable sans un sens de la justice qui trouve sa source dans la conscience morale universelle. La contestation d'Antigone est donc une contestation de la conscience morale contre une justice corrompue. La justice est « ce doute sur le droit qui fonde le droit ». Le droit humain n'est pas en tant que tel son propre fondement. La justice comme exigence morale dépasse et fonde le droit. Le droit trouve sa source plus haut que lui-même. Cependant, avec Antigone, on n'est passe encore vraiment dans la sphère juridique. Une protestation de la conscience morale, au nom de la loi non écrite n'est pas encore de l'ordre du droit, car el droit s'implique forcément dans la sphère publique, et la loi d'Antigone est la loi du cœur.

Commentaires