Le genre romanesque Dissertation by rewinder18

Le genre romanesque
Dissertation qui constate que le «romancier méfiant» se détourne des règles des romans traditionnels pour créer lui-même ses propres règles à travers des «techniques appropriées».
№ 5856 | 5,560 mots | 0 sources | 2008
Publié le mai 22, 2008 in Littérature , Philosophie
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Cette dissertation commente la citation de Marthe Robert "Trivialité du roman. C'est la tare congénitale du genre à quoi seul échappe le romancier méfiant qui, connaissant le danger et craignant sans cesse de s'y exposer, sait prendre contre elle des mesures techniques appropriées. » tirée de "Livre de lectures" en 1977.
Le roman fait rigoureusement ce qu'il veut de la littérature. Le genre romanesque est jugé à travers le temps de manière souvent subjective. Ce sont les lecteurs qui font qu'un roman sera populaire ou non mais c'est le contenu qui le fera trivial ou pas.
Mais, ce qui est le plus intéressant à prendre en considération, c'est l'évolution du roman à travers le temps par rapport à l' Histoire des hommes.

1. La notion de trivialité

2. La notion de tare

3. Quelles sont les règles du nouveau roman ?

Extrait du document:

Marthe Robert, dans cette citation, emploie l'ironie et des termes bien précis tels que «trivialité» ou «tare congénitale». Nous réalisons ainsi que Marthe Robert tente d'émettre une analyse implacable et ironique sur le genre romanesque.
Notons que la «trivialité» a pour étymologie trivium et tres viae qui veulent dire les trois rues, le carrefour, là où nous pouvons croiser les attentes et les besoins communs. Elle adopte dès le départ un vocabulaire à connotation forte pour caractériser les romans traditionnels : ceux qui répondent aux attentes du lecteur, ceux qui sont connus et communs. En outre, elle traite de la «tare» voulant nous faire comprendre que «le romancier méfiant» tente de briser les codes des romans triviaux. Nous pouvons penser de la même manière que se sont les nouveaux romanciers et les romanciers contemporains qui sont ces «romanciers méfiants» car ils évitent cette «tare». Or, le terme de «tare» inclut la notion de génétique, l'idée d'ascendance qui devient nuisible de génération en génération. Pour rompre alors les codes et structures des romans traditionnels – La Princesse de Clève peut être considéré comme le premier roman- nous pouvons comprendre que seul les descendants des romanciers, donc les nouveaux romanciers, sont à l'origine de cette méfiance, sont ceux qui remettent en question le genre romanesque.
  • Exposé sur les métamorphoses du genre narratif entre 1900 et 1930 avec la naissance du genre de la nouvelle, illustré ici par l'oeuvre de Luigi Pirandello, prix Nobel de littérature 1934.
    № 9942 | 3,200 mots | 0 sources | 2009 | détails
    10,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation se demandant si le théâtre est le genre le plus efficace pour défendre des idées.
    № 18911 | 910 mots | 0 sources | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation basée sur la citation « tout visait à imposer l'image d'un univers stable, cohérent, continu, entièrement déchiffrable » d'Alain Robbe-Grillet tirée du roman "Pour un nouveau roman" et se demandant comment définir le roman traditionnel.
    № 30313 | 1,130 mots | 0 sources | 2012 | FR | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires