Le libre-échange est-il une théorie sans pratique, et le protectionnisme une pratique sans théorie ? Dissertation

Le libre-échange est-il une théorie sans pratique, et le protectionnisme une pratique sans théorie ?
Dissertation se demandant si les nombreuses théories du libre échange n'ont pas trouvé une application dans la sphère réelle.
№ 28450 | 1,845 mots | 0 sources | 2012 | FR
Publié le juin 07, 2012 in Économie , Histoire
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Au XIXe, les théories classiques et néoclassiques étaient dominantes au sein des théories économiques. L'adhésion massive des économistes aux principes du libre échange et leur prédominance ont longtemps fait conclure trop hâtivement que le XIX fut un siècle libéral. Cependant, au regard des faits, force est de constater que dans la pratique, le libre échange était en marge face au protectionnisme. Comme le disait l'économiste et historien Paul Bairoch « Au XIXe siècle, le libre échange était l'exception, le protectionnisme la règle ». On peut définir le libre échange comme une doctrine économique fondée sur l'abaissement des obstacles tarifaires et non tarifaires aux échanges de biens et services. Le protectionnisme, lui, s'apparente à l'ensemble des mesures visant à augmenter le niveau des exportations et baisser le niveau des importations.

1. En quoi la citation de P. Bairoch est juste
2. Malgré tout, le désir des économistes de comparer ces deux paradigmes économiques ont fait naitre nombres de théories du protectionnisme
3. Depuis, GATT et protectionnisme cohabitent au sein des politiques économiques menées par les gouvernements des pays développés à économie de marché

Extrait du document:

Au XIXe siècle, le monde est encore en but au protectionnisme car il permet de protéger les revenus des ouvriers et agriculteurs - les effectifs pléthoriques à l'époque - en maintenant des prix élevés sur les produits. Ceci s'illustre parfaitement en 1892 en France, avec l'adoption des tarifs Méline. Les protections sont en effet l'enjeu majeur des élections de 1889. Ouvriers et agriculteurs manifestent leur mécontentement suite à la courte période libre échangiste de la France ayant débuté en 1860 avec le traité Cobden Chevalier, un traité de libre échange avec le Royaume-Uni. La baisse des protections a rendu les importations plus compétitive, la concurrence s'est alors accru et les prix ont baissé, tout comme le revenu des agriculteurs et ouvriers. En 1889, Jules Méline rassemble tous les mécontents et gagne les élections.

Commentaires