“Le lyrisme est le développement d'une exclamation” Dissertation by simon

“Le lyrisme est le développement d'une exclamation”
Dissertation se demandant si la poésie lyrique est une expression exclamative des sentiments.
№ 31319 | 1,295 mots | 0 sources | 2015 | FR
Publié le avr. 20, 2015 in Littérature
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

"Le lyrisme est le développement d'une exclamation" ... en quelle mesure cette définition, formulée par le poète symboliste Paul Valéry, s'applique-t-elle à la poésie lyrique ? [Après avoir confirmé que cette définition s'avère juste dans certains cas, nous verrons qu'elle n'est que partielle et que ce célèbre mot de Paul Valéry peut s'avérer liberticide pour l'artiste]

Paul Valéry -écrivain, poète et philosophe français ayant marqué la littérature du XXème siècle par son oeuvre- est notamment connu pour son essai Tel Quel, ouvrage d'idées dans lequel il présente ses réflexions sur une impressionante diversité de sujets. Ainsi, nous y trouvons entre autres des réflexions sur la littérature, dont l'une sur le lyrisme restée particulièrement célèbre grâce à cette définition synthétique : “Le lyrisme est le développement d'une exclamation”.

1. Il existe bien une “poésie exclamative”
2. Mais assimiler la poésie lyrique à la seule expression de ces “sentiments exclamatifs” est une conception extrêmement réductive de cette branche majeure de la poésie

Extrait du document:

Cela peut tout d'abord être illustré de la manière la plus explicite : le point d'exclamation ! Véritable marque de l'onomatopée (il y est quasiment toujours associé), certains poètes l'utilisent à la fin des strophes pour montrer au lecteur que tout ce qui a précédé n'était que le développement d'un cri, d'une exclamation. C'est notamment le cas de la poète Marceline Desbordes-Valmore. En effet, dans son poème “Qu'en avez-vous fait ?”, où elle formule sur dix quatrains sa rage pour l'homme qui l'a abandonnée -ce qui aurait pu être synthétisé en une onomatopée de colère et de détresse, ou une insulte, ponctuées par un point d'exclamation-, quatre strophes s'achèvent sur un point d'exclamation. Cela montre au lecteur que la blessure est encore vive, le déchirement pas encore accepté, et donc que la rage exprimée est spontanée, provient d'une exclamation originelle qui s'étend désormais sur quarante vers.

Commentaires