Le Mal, cette banalité qui finit toujours par avoir le dernier mot Dissertation

Le Mal, cette banalité qui finit toujours par avoir le dernier mot
Dissertation de philosophie sur le thème du Mal et de son omniprésence, illustré par de nombreux exemples et citations en confrontation avec le Bien et surtout l'Amour.
№ 12929 | 1,320 mots | 0 sources | 2009
Publié le oct. 25, 2009 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le Mal est par définition ce qui s'oppose au Bien, à la vertu. Il peut prendre plusieurs formes : le mal peut être physique, cosmique, c'est alors la privation d'un bien qui est dû ou le désordre dans l'univers. Le mal peut aussi être moral, lorsqu'il découle de l'agir de notre volonté, et métaphysique lorsque notre volonté est plus profonde que notre raison.
Le mal, qu'il s'agisse du mensonge, du vol, du meurtre, …, est partout. Il est une banalité qui donne l'impression de toujours avoir le dernier mot puisqu'il nous coupe dans notre relation avec l'Autre.
Qu'en est-il vraiment ? Le Mal aura-t-il le dernier mot ? Le Mal est un penchant inné et cependant librement contracté qui nous donne l'impression de toujours avoir le dernier mot car il reste pour nous un mystère, irréductible à notre raison. Pourtant ce n'est pas le Mal qui aura le dernier mot car ce n'est pas lui qui est premier, mais l'Amour.

Extrait du document:

L'Amour est donc premier et c'est lui qui aura toujours le dernier mot, ce n'est pas le Mal.
Ainsi nous pourrions dire que le Mal est une banalité et que son caractère irréductible à notre raison nous laisse croire qu'il aura le dernier mot. Mais nous avons vu que c'est l'Amour qui aura le dernier mot, car l'Amour est premier, il est à la source de tout.
Le Mal reste malgré tout pour nous un mystère, tout comme le mystère de la Rédemption.

Commentaires