Le moi intérieur existe-t-il ? Dissertation

Le moi intérieur existe-t-il ?
Dissertation se basant sur trois œuvres et se demandant s'il est vrai que la trace que nous laissons sur le monde est seule capable de nous révéler à nous-mêmes et que notre moi intérieur ne nous appartient pas, comme l'affirme Rosset.
№ 18789 | 1,770 mots | 5 sources | 2009
Publié le août 10, 2010 in Littérature , Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Clément Rosset annonce dans Loin de moi qu' « en dehors des signes et des actes qui émanent de moi et me font reconnaître comme étant qui je suis, il n'est rien qui soit à moi ni de moi ». Mais qu'entends tout d'abord Clément Rosset par « signes […] qui émanent de moi » ? Un signe est à première vue quelque chose qui laisse une trace, de plus on le décompose souvent en un signifiant et un signifié. Ici, selon la définition de l'auteur, le signifié est ce que je suis, ma nature, bien que sa formulation « me [fait] reconnaître comme étant qui je suis » puisse paraître approximative. Il semble en effet que Clément Rosset apporte une nuance dans la connaissance de soi, qu'elle ne soit que partielle ou trompeuse mais que l'Homme s'en contente. D'autre part, le signifié peut se définir par divers moyens. Il pourrait comprendre les expressions du corps, du visage (bien que cela puisse aussi se rattacher à l'acte), mais aussi les objets qui nous sont liés, que l'on affectionne ou que l'on crée. Nous nous baserons sur les œuvres suivantes : Saint Augustin, "Les Confessions livre X" ; Michel Leiris, "L'Age d'Homme" ; Alfred de Musset, "Lorenzaccio" pour commenter cette citation de Rosset.

I/ "Les Confessions" de Saint Augustin, "Lorenzaccio" de Musset et "L'Age d'Homme" de Leiris confortent cette idée
II/ Contestation de l'idée de Clément Rosset car nos signes et nos actes peuvent être erronés ou masqués
III/ Comment pourrions-nous connaître notre moi s'il ne nous appartient pas, et dans ce cas, il importerait de savoir à qui ou à quoi il appartient réellement

Extrait du document:

Cette première idée suppose qu'il est impossible de se trouver en nous-mêmes. On se heurte en effet à un problème de distance, car l'Homme ne peut pas être à la fois le sujet et l'objet de son analyse. On peut penser aussi aux limites des capacités humaines, à savoir un cerveau limité dans le temps et l'espace, et une mémoire qui pourrait analyser notre évolution mais qui est imparfaite, car on oublie la majeure partie de notre vie, pour n'en retenir que les grands évènements.

Commentaires