Le mystère de la méchanceté Dissertation

Le mystère de la méchanceté
Dissertation se demandant s'il existe un « mystère de la méchanceté », comme l'affirme V. Jankélévitch.
№ 25724 | 2,810 mots | 3 sources | 2011 | FR
Publié le août 03, 2011 in Littérature , Philosophie , Littérature Etrangère
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Un certain nombre de penseurs de la seconde moitié du XXe siècle ont tenté de problématiser le concept de mal à partir de la douloureuse expérience de la seconde guerre mondiale : c'est le cas en Allemagne de Hannah Arendt qui a théorisé la « banalité du mal », et en France de Vladimir Jankélévitch qui s'est consacré au « mystère de la méchanceté ». En utilisant le terme de « mystère » pour rendre compte de la notion de faute ou « mal moral » (Leibniz), V. Jankélévitch nous invite à relever plusieurs niveaux dans la pensée de l'origine du mal. En effet, mystère renvoie aussi bien à l'inexplicable, à l'inexpliqué, qu'à ce que seuls des initiés (mustoi en grec dans le vocabulaire religieux) sont capables de comprendre. L'origine du mal est-elle pour nous un « mystère » ? À partir de Macbeth de Shakespeare, de La Profession de foi du vicaire savoyard de Rousseau et des Ames fortes de Giono, on tentera de montrer que si le mal apparaît comme un mystère surnaturel, il n'en demeure pas moins un mystère humain provoqué de façon obscure par des passions et des pulsions, que certains initiés sont capables de percer et maîtriser.

I. L'inexplicable de la méchanceté
II. L'obscur des pulsions
III. La lucidité des initiés

Extrait du document:

Dans Macbeth, on relèvera un réseau lexical féminin et un réseau lexical masculin qui thématisent cet orgueil : c'est Lady Macbeth qui de¬mande aux esprits de la nuit de la désexuer; c'est la même Lady Macbeth qui blesse l'amour-propre de son mari pour le pousser au crime : « As-tu peur d'être dans tes actes et ta bravoure le même que dans ton désir ? Voudrais-tu [...] vivre comme un couard à tes propres yeux laissant « je n'ose pas » escorter « je voudrais » ? »

Commentaires