Le mythe de Don Juan Dissertation by gdmo

Le mythe de Don Juan
Dissertation qui tente de comparer le personnage de Don Juan vu par Ghelderode aux différentes réécritures sur ce mythe, comme celles de Tirso de Molina, Molière et Lord Byron.
№ 9585 | 1,820 mots | 0 sources | 2008
Publié le déc. 30, 2008 in Danse et Théâtre , Littérature
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Depuis plus de trois siècles, le personnage de Don Juan n'a jamais cessé d'exister : il s'agit d'un véritable mythe moderne. Ce sont les réemplois de la figure de Don Juan par différents auteurs qui perpétuent le personnage. Ainsi, depuis L'Abuseur de Séville original de Tirso de Molina, se sont succédées d'autres versions du mythe comme le Dom Juan de Molière, celui de Lord Byron et de Michel de Ghelderode ou encore La nuit de Valognes d'Eric-Emmanuel Schmitt. Mais si le personnage est toujours présent, ce n'est pas pour autant que les œuvres se ressemblent.
Cette étude implique tout d'abord de montrer les similitudes puis les différences entre Ghelderode et les autres œuvres, enfin il s'agit d'étudier le but, la portée de ses œuvres.

Extrait du document:

Il n'y a pas qu'à la forme que s'applique la définition de Ghelderode, on la retrouve dans le fond des textes. Ainsi on retrouve chez Tirso et Molière cet « interminable » attrait pour la femme : le corps pour l'abuseur et la séduction pour Dom Juan. On assiste tout au long des pièces aux conquêtes des deux protagonistes : acte II de Tirso « Inès ? Constance ? Théodora ? Julie ? Et les deux soeurettes ? », c'est un véritable tableau de chasse. L'histoire de Tirso de Molina apparaît parfois très confuse au lecteur, comme, par exemple, le second acte. La pièce semble s'engager vers un chassé-croisé, un de ces imbroglios comme il en existe tant dans la comedia : non seulement Don Juan voyage (de l'Alcazar à Séville) mais en plus les personnages ne cessent de se mêler : Don Diègue, le roi, le duc Octave ; de même, les décisions du roi viennent embrouiller le lecteur. Des éléments peuvent également nous faire penser que les œuvres sont « absurdes », comme le fantôme de la statut du Commandeur qui est irrationnel, merveilleux, et donc absurde dans la vie réelle. Enfin, les « rebondissements » sont omniprésents : les Don Juan voyagent beaucoup (surtout chez Byron qui n'est pas limité par le genre théâtral), les aventures sont nombreuses jusqu'à la mort du héros.
  • Commentaire de texte de l'acte III scène 2 de la comédie "Dom Juan" de Molière portant sur la scène du pauvre.
    № 17632 | 910 mots | 1 source | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Analyse des différentes versions du mythe de Don Juan, de Tirso de Molina aux versions contemporaines, et des principaux thèmes abordés dans cette pièce.
    № 367 | 5,750 mots | 11 sources | 2004 | détails
    14,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire composé sur "Don Juan" de Molière acte I scène 1 (["Je n'ai pas grande peine ... tu as menti."]) dans laquelle Sganarelle, valet de Don Juan s'entretient avec Gusman, le valet de Done Elvire.
    № 20226 | 1,235 mots | 1 source | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires