Le pape, l'empereur, le roi de France : luttes et pouvoirs Dissertation

Le pape, l'empereur, le roi de France : luttes et pouvoirs
Dissertation se demandant en quoi le renversement hiérarchique entre la papauté, l'Empire et le Royaume amorce une rupture avec les fondements anciens du droit romain et une ouverture vers une reconstruction monarchique.(pdf)
№ 29116 | 2,215 mots | 0 sources | 2012 | FR
Publié le déc. 10, 2012 in Histoire , Religion
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le roi est le seigneur suprême à l'intérieur de son royaume. Cependant il rencontre des difficultés à affirmer son pouvoir à l'extérieur du royaume face à l'empereur germanique et à la papauté de Rome. Ces deux autorités ont tendance à limiter le pouvoir royal. L'empereur est à cette époque le chef du Saint Empire couronné à Rome par le pape. Il détient l'impérium, ce pouvoir de commandement étant plus puissant que le pouvoir du roi : le reignium. Le chef de l'Église romaine représente la puissance spirituelle et universelle qui théoriquement domine le pouvoir temporel du roi. L'empereur et le pape revendiquent leur pouvoir de sources historiques soit du droit romain, soit de Dieu. Quant au roi, son pouvoir s'est accru progressivement, il se fonde essentiellement sur le droit féodal nouvellement interprété par les légistes. Le pouvoir royal fait concurrence aux deux autres autorités, menaçant leur puissance. Ces conflits se justifient par la volonté du roi de dominer les autres et d'avoir une indépendance certaine. Le roi veut réformer cet ordre refusant les principes historiques acquis par les papes et les empereurs dans le passé.

I. Une lutte théorique inefficace sur les fondements et coutumes
II. Une lutte concrète effective sur la puissance de chaque autorité

Extrait du document:

En 1272 le coutumier « les Établissements de Saint Louis » présente un adage féodal : le roi de France ne doit l'hommage à personne et il ne tient de personne son pouvoir et son royaume. Dans ce cas l'empereur ne peut être supérieur au roi. L'ingérence impériale dans les affaires du royaume était sans fondement. Les arguments de l'empereur et du pape n'étaient pas assez convainquant pour écarter la souveraineté royale. Dans les faits, le conflit s'est montrée beaucoup plus révélateur et à confirmer la prééminence du roi.

Commentaires