Le paradoxe entre le libéralisme et la concentration économique en France Dissertation by Chanchandesiles

Le paradoxe entre le libéralisme et la concentration économique en France
Dissertation d'économie basée sur une citation évoquant les effets de 15 ans de libéralisme économique en France.
№ 10843 | 3,050 mots | 13 sources | 2009
Publié le avr. 28, 2009 in Économie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans quelle mesure l'affirmation suivante vous paraît-elle justifiée ?
" Un paradoxe : quinze ans de libéralisme et de déréglementation n'auront pas mené à une concurrence accrue, mais au contraire conduit à une vague exceptionnelle de concentration."
Il semble alors intéressant de se questionner sur l'application et les résultats de cette politique économique libérale en France. L'économie française se trouve dans une situation originale où libéralisme et concentration se côtoient (I), malgré une politique largement «libéralisante » depuis une quinzaine d'années maintenant (II).

I) La singularité française : une politique économique libérale imprégnée de concentration
A. Présentation de cette singularité
B. Explications possibles d'un tel paradoxe

II) Une politique économique française largement dominée par le
libéralisme et la déréglementation
A. Un libéralisme aux origines diverses
B. La dérèglementation en France et ses incidences

Extrait du document:

Au travers de la concentration, une entreprise cherche en somme, à augmenter son influence et sa présence sur le ou les marchés qu'elle convoite – cette attitude pouvant mener à la formation d'un monopole. Elle peut alors agir par croissance interne, c'est à dire en augmentant ses capacités de production au moyen d'investissements propres à l'entreprise, ou externe, en rachetant tout ou partie des unités de production d'autres entreprises. On recense alors trois types de concentration. La concentration horizontale réunit exclusivement des activités de même niveau de production afin de réaliser des économies d'échelle et d'asseoir son pouvoir de marché. Pour illustrer cette pratique, il est courant de prendre en exemple les regroupements de constructeurs automobiles : Renault et Nissan (depuis 1999), PSA Peugeot Citroën (depuis 1976).

Commentaires