Le personnage burlesque est-il héroïque ? Dissertation by tomju

Le personnage burlesque est-il héroïque ?
Dissertation portant sur le cinéma burlesque qui essaie de définir si au-delà de la traditionnelle opposition entre tragique et comique, le personnage burlesque ne se présente pas avant tout comme un anti-héros.
№ 5868 | 1,170 mots | 0 sources | 2008
Publié le mai 22, 2008 in Cinéma , Arts
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

«Souvent il est comique, parfois il est sublime». Voilà ce que déclare Chaplin, dans une interview de 1931 à propos du type de personnage qu’il entend incarner à l’écran. En effet, en répondant à la question posé on en souligne un profond paradoxe ; alors que depuis l’Antiquité, et tout au long de l’histoire de la littérature, on ne cesse de répéter que le comique est réservé à la trivialité, au bas de la société, … on ne voit pas très bien comment un genre comme le burlesque, qui est en terme de hiérarchie tout en bas dans l’échelle des genres, qui accumule tant de bassesse, tant de futilité, tant de vulgarité, peut être associé à la grandeur de nos héros.
Au-delà de la traditionnelle opposition entre tragique et comique, le genre du burlesque semble en apparence en totale contradiction avec l’idée de héros puisqu’il met au prise le spectateur face à un élément comique ( le gag ) qui renvoit à une immédiateté, et non à un comique élaboré, sophistiqué, réfléchi qui serai l’attribut essentiel de tout héros qui se respecte ; si l’on oppose un rire gras, lourd, immédiat à un « humour », une distanciation, on ne peut que mettre dos à dos le personnage burlesque et le personnage héroïque. Jusqu’à quel point peut-on pousser de telles oppositions ?

Extrait du document:

Ainsi le personnage burlesque se présente avant tout comme un anti-héros. C’est toujours un petit, un vagabond, un intrus ; des haillons de Charlot au chapeau clownesque de Keaton en passant par le pantalon trop court de Hulot il n’est jamais vraiment élégant. La scène de la boutique de vêtements au début de Steamboat Bill junior est une scène clé puisque elle montre Buster Keaton incapable de s’adapter à la situation dans laquelle il est invité à s’engager ; lui-même n’arrive pas savoir dans quel récit il s’engage : employé de son père reprenant l’affaire familiale ou amoureux de Kitty ; le compromis qu’il trouvera (marin élégant) ne sera satisfaisant pour aucun des deux partis et le placera dans une situation d’entre deux dont il est le spécialiste. Ainsi le personnage burlesque apparaît toujours en décalage avec la société ; il n’y est pas intégré, il n’a jamais la figure idéale et héroïque de celui qui mènerai l’autre ou la foule vers un destin meilleur. Il n’est pas génial, il ne se distingue pas des individus par une force de caractère ; personne ne pourrait évoquer la «gloire» du personnage burlesque ; il n’est pas le meilleur d’entre nous...

Commentaires