Le premier ministre de cohabitation Dissertation

Le premier ministre de cohabitation
Dissertation de droit constitutionnel qui traite du premier ministre de cohabitation, de son importance et de son avenir face aux réformes du quinquennat et de l'inversion du calendrier électoral.
№ 12970 | 2,110 mots | 0 sources | 2009
Publié le oct. 27, 2009 in Droit
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« Le chef du Gouvernement, c'est moi. Le premier ministre est le premier des ministres(…) sous la responsabilité du président de la République, qui dirige l'exécutif sans partage » ; voilà la conception Gaullienne de l'exécutif. Pour De Gaulle, le premier ministre est nécessairement subordonné au Président de la République lequel constitue « la clé de voûte des institutions » (Debré). ). En effet, si l'exécutif est bicéphale sous la 5ème République et se partage ainsi, dans les textes de 1958, entre le Président de la République et le premier ministre à la tête d'un organe collégial chargé de l'exécution des lois et de la direction de la politique nationale, le gouvernement, pour De Gaulle, le président n'est pas un spectateur extérieur au jeu politique.

1. Le premier ministre de cohabitation : l'équilibre avec un pouvoir présidentiel fort

2. Le sort du premier ministre de cohabitation

Extrait du document:

Le président conserve tout de même le pouvoir de gêner le premier ministre de cohabitation. Les moyens dont il dispose pour gêner l'action du gouvernement sont inscrits dans la Constitution et notamment à l'article 5. En 1986, Mitterrand refuse de signer des ordonnances relatives à la politique de privatisation car il considère que cela allait déposséder la France et que, de ce fait, cela portait atteinte à l'indépendance nationale. Il gène l'action du premier ministre de cohabitation en prenant des faux prétextes. Le président aurait un pouvoir de véto.

Commentaires