Le Président du Conseil sous la Troisième République Dissertation by Antox

Le Président du Conseil sous la Troisième République
Dissertation qui s'interroge sur la place du Président du Conseil sous la Troisième République et à son évolution.
№ 9626 | 1,210 mots | 0 sources | 2008
Publié le janv. 05, 2009 in Histoire , Droit , Sciences Politiques
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'armistice du 28 janvier 1871 rend possible l'élection d'une Assemblée Nationale le 8 février 1871. Curieusement, les élections conduisent à la victoire des monarchistes qui étaient favorables à la paix alors que les républicains étaient pour la poursuite de la guerre.
Cette assemblée, sans véritable souffle novateur, qui nomme Thiers comme chef du pouvoir exécutif, va se contenter de gérer le gouvernement provisoire en attendant une restauration improbable de la monarchie. Cependant, l'opposition des royalistes entre légitimistes et orléanistes va conduire à l'adoption en fin de compte d'une Constitution républicaine très conservatrice. Les lois constitutionnelles du 24 et 25 février et du 16 juillet 1875. Les trente-quatre articles adoptés vont laisser un certain nombre de questions en suspens, mais ceci va ainsi permettre une plus grande souplesse et une meilleure adaptation. L'une de ces adaptations est justement la mise en place, avec la pratique du pouvoir, d'un exécutif bicéphale constitué d'un Président du Conseil et d'un Président de la République.


I. L'affaiblissement du chef de l'Etat au profit de président du conseil
A- L'instauration d'un exécutif bicéphale
B- La crise de 1877 et ses conséquences sur la position du chef de l'Etat et du président du conseil

II. La légitimation du président du conseil
A- La faiblesse du fonctionnement des institutions
B- Les limites et faiblesses du président du conseil

Extrait du document:

La Troisième République va reprendre le principe d'un exécutif à double tête qui existait déjà dans les monarchies parlementaires. Cependant, bien que les lois constitutionnelles de 1875 se situent explicitement dans la tradition monarchique, l'existence d'un Président du Conseil n'est pas mentionnée. Seules les attributions très larges dont est investi le Président de la République, afin d'en faire le vrai chef de l'exécutif assisté par un Conseil des ministres, sont relatées.
En réalité, c'est le décret du 9 mars 1876 qui va faire apparaître le personnage politique du président du conseil, en nommant à ce poste Dufaure. Mais à ce stade, il n'est en fait que le ministre qui parle au nom du gouvernement : Primus interpares. Il n'est pas le chef du gouvernement.

Commentaires