Le récit d'une vie est-il forcément chronologique ? Dissertation

Le récit d'une vie est-il forcément chronologique ?
Dissertation sur l'organisation d'un récit de vie selon la logique chronologique.
№ 25815 | 3,265 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le août 07, 2011 in Philosophie
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Biographie, autobiographie, roman, autofiction... Autant de récits qui se proposent de raconter une vie, réelle ou fictive, en déroulant leur énoncé selon les aléas et péripéties qui ont marqué cette vie. À première vue, c'est donc la logique chronologique qui semble la plus adaptée pour organiser ce type de récit. Mais les confessions de saint Augustin, Lorenzaccio de Musset et L'Âge d'homme de Michel Leiris sont-ils à proprement parler des récits de vie ? Dés lors qu'il ne se réduit pas à la vie factuelle, le récit d'une vie est-il forcément narratif et chronologique ? Et dès lors qu'on ne relate pas une vie factuelle et passée, la chronologie est-elle la logique de narration la plus adaptée ? Surtout, à partir du moment où l'énonciation prend le pas sur l'énoncé, n'y a-t-il pas forcément plusieurs logiques qui se superposent?

1. Le récit d'une vie passée est généralement chronologique
2. Le récit d'une vie présente échappe forcément à la chronologie
3. Tout énoncé, passé comme présent, n'est pas réductible à l'ordre chronologique

Extrait du document:

Avant de se livrer à l'introspection qui fait l'objet des derniers livres de ses Confessions, Augustin retrace ainsi, dans un récit chronologique, l'ensemble des épisodes qui ont marqué sa vie passée, depuis son enfance jusqu'à sa conversion. C'est également selon l'ordre chronologique que Lorenzo conte à Philippe, dans la scène centrale de la pièce, les différentes étapes de son histoire personnelle qui l'on conduit à revêtir le masque du vice et fomenter le meurtre du duc. C'est plus largement pour adopter une temporalité plus adéquate à celle de la vie elle-même et de ses diverses péripéties que Lorenzaccio a abandonné l'unité de temps de la tragédie classique : la pièce de Musset dure ainsi une dizaine de jours et non plus une seule journée.

Commentaires