Le roman et le mentir-vrai Dissertation

Le roman et le mentir-vrai
Dissertation portant sur le récit romanesque et son lien avec la réalité et la vérité.
№ 13813 | 2,065 mots | 0 sources | 2010
Publié le févr. 28, 2010 in Littérature
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le roman se définit comme une œuvre littéraire en prose portant sur l'imagination et faisant vivre et évoluer dans un espace des êtres de papier, des personnages donnés pour vrais, qui se réalisent tout au long du récit. Fiction narrative, le roman n'est pas tenu d'obéir à des règles, ce qui lui laisse un certain champ d'ouverture. On se pose souvent la question de la véracité d'un récit romanesque. Nombreuses ont été les critiques concernant ce genre. On l'accuse surtout au XVIII ème siècle de mentir, de s'opposer a la réalité. Le mensonge est-il ce qui caractérise le plus le roman et qui fait de lui ce genre si prisé ? En effet, dans quelle mesure juge-t-on qu'un roman est mensonge ou non ? Qu'est-ce qui l'établit dans la vérité ? Dans ‘'sa'' vérité ? Peut-on vraiment parler de ‘'mensonge'' ?

1) L'art du mensonge dans le roman
2) La fiction n'est pourtant pas un mensonge au sens moral
3) La fiction ne s'éloigne pas totalement de la vérité

Extrait du document:

Le roman utilise le mensonge, plus communément appelé ‘'illusion'' afin d'évoquer une réalité subjective. La fiction romanesque est une fable, et à ce titre elle est trompeuse. Mais le lecteur ne le sait-il pas ? Le mensonge n'est pas une tare que le roman doit s'efforcer de voiler, de nier ou de corriger. Le mensonge est un principe esthétique positif qui parfois sert les intérêts de la vérité. Intuitivement nous sentons en effet que les énoncés contenus dans un roman ne relèvent pas du mensonge ou de la vérité dans le sens logique où sont pris ces termes. La meilleure preuve en est qu'on peut parler sans absurdité de la vérité fictionnelle d'un roman. Certains fictions parviennent d'ailleurs à dévoiler certaines vérités et permettre de les rendre plus comprehensibles.

Commentaires