Le syndicalisme en France de 1895 à 1947 Dissertation

Le syndicalisme en France de 1895 à 1947
Dissertation se demandant quelles fonctions et quels rôles ont joués les organisations syndicales de leur création jusqu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.
№ 21234 | 1,665 mots | 3 sources | 2010
Publié le nov. 18, 2010 in Histoire , Sciences Politiques , Questions Sociales
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

En France, le syndicalisme s'inscrit dans la lignée des groupements corporatifs des sociétés modernes et médiévales. D'abord interdit par la loi Le Chapelier en 1791, les syndicats sont légalisés sous la III° République en 1884 par la loi Waldeck-Rousseau. Cette dernière définit le syndicat comme un groupement professionnel qui a exclusivement pour objet l'étude et la défense des intérêts économiques, industriels, commerciaux et agricoles. Elle permet de regrouper tous les types d'association économique mais exclue toute dimension politique. Cependant, dans son sens le plus courant, le terme syndicalisme s'applique aux syndicats de salariés et dans une moindre mesure aux syndicats étudiants et lycéens. Le terme « syndicat professionnels » désigne également les organisations patronales. L'étude du syndicalisme français doit s'intéresser à la création de la première confédération ouvrière, dont le modèle tend à se propager à toutes les catégories sociales, jusqu'à la mise en place du syndicalisme dans sa forme actuelle.

I. La jeunesse du syndicalisme : le temps du syndicalisme révolutionnaire (1895-1914)
II. Le syndicalisme et la guerre : de l'Union nationale à l'éclatement syndical (1914_1936)
III. Le syndicalisme : de la renaissance à la reconstruction de l'après guerre (1936-1947)

Extrait du document:

Le syndicalisme ouvrier renait après la libération. Exclusion des collaborateurs et renaissance juridique et administrative du pluralisme. Les organisations patronales ont plus de mal a exister : CGPF ne se reforme pas. Seulement en 1944 est crée le Conseil National Du Patronat Français (CNPF).

Commentaires