Le thème de la vanité dans "les Pensées" de Pascal Dissertation

Le thème de la vanité dans "les Pensées" de Pascal
Dissertation de littérature philosophique qui étudie l'omniprésence du thème de la vanité dans l'oeuvre de Pascal.
№ 10857 | 1,920 mots | 0 sources | 2009
Publié le avr. 30, 2009 in Littérature , Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

"Les Pensées" de Pascal commencent par une anthropologie, dans laquelle il dépeint la condition de l'homme, et sa misère sans Dieu.
Pascal ne délimite pas la vanité à la seule présomption. Le terme vanité se rapporte ici à sa signification la plus globale: c'est-à-dire à l'ensemble des activités humaines comme étant vaines, c'est-à-dire vides, dénuées de consistance et d'utilité.
Ce thème revêt chez Pascal une grande variété: la condition de l'homme, l'inutilité des sciences, la faiblesse de l'homme soumis à cette « maîtresse du monde », à cette « puissance trompeuse » qu'est l'imagination, le caractère inéluctable du temps qui passe et qui enchaine l'homme à sa condition mortelle...
En quoi Pascal réduit-t-il le monde à comédie sociale faite de pantins qui s'agitent sous l'emprise de l'imagination ? La vanité n'est-elle pas un caractère indissociable de la nature humaine ?

Extrait du document:

Dans le fragment 41, Pascal utilise l'exemple du magistrat qui écoute un sermon par un philosophe, le plus grand philosophe du monde. Il met donc à l'épreuve les grands et montre de ce fait, qu'ils n'appartiennent qu'au seul ordre de la chair c'est à dire le monde des humains. Ces derniers prétendent appartenir à ceux de l'esprit –le monde des intellectuels - et de la charité – le monde de l'intelligible, autrement dit qui suppose une instance divine, Dieu. Or l'ordre de l'esprit ne leur est qu'apparat – tout comme celui de la charité d'ailleurs qui n'est accessible qu'à la seule puissance intelligible soit la personne de Dieu - et c'est ce que tend à démontre Pascal.
  • Fiche de lecture portant sur "Les Pensées" de Pascal, ouvrage dans le quel il critique à travers la figure exemplaire de Descartes, tous «ceux qui approfondissent trop les sciences».
    № 7625 | 1,550 mots | 0 sources | 2007 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire du fragment 122 des "Pensées" de Blaise Pascal qui incarne une sorte de croisée des chemins, à partir de laquelle l'écrivain va orienter de plus en plus sa réflexion sur des sujets théologiques et bibliques.
    № 19951 | 2,930 mots | 0 sources | 2010 | FR | détails
    8,95 $US
    Ajouter au panier
  • "Ce qui donne le plus à penser est ce que nous ne pensons pas encore". Sujet de philosophie pour Licence premier semestre de Psychologie avec Philosophie en matière mineure.
    № 36 | 1,200 mots | 0 sources | 2007 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires