Le travail est-il libérateur ? Dissertation by Jasmine

Le travail est-il libérateur ?
Dissertation qui analyse si le travail ne représente qu'oppression aliénante pour l'homme ou s'il lui permet aussi de s'épanouir et de se libérer.
№ 6096 | 4,415 mots | 0 sources | 2008
Publié le juin 01, 2008 in Philosophie
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

On a généralement tendance à se représenter la liberté comme ce qui relèverait d’une absence totale de contraintes et de limites. Si nous sommes libres c’est naturellement que nous sommes en mesure de faire ce qui nous plait au gré de notre seule envie. En d’autres termes, c’est notre plaisir qui dessine à loisir les contours de notre liberté.
"Libre comme l’air" a-t-on coutume de dire pour figurer et imager cette liberté sans frontières, sans bornes et sans limites à laquelle nous aspirons tous.
Dans une telle perspective, entre la liberté et le travail, un mur s’est dressé, un fossé semble s’être creusé inéluctablement et définitivement. Par ailleurs, le travail est vu comme une nécessité toute extérieure qui nous presse à travailler, une nécessité économique comparable à la lutte pour la vie, la nécessité qui régit le comportement des espèces dans la Nature.

1. Le travail a une fonction aliénante pour l'homme car il le prive de ce qu'il croit être ses libertés principales

2. L'homme trouve en le travail une libération par différent domaine

Extrait du document:

Pour l’opinion, le travail prive l’homme de sa liberté car, de nos jours, il se voit submergé par le travail qu’il doit réaliser et fournir, et n’a plus le temps de se divertir. En effet, la liberté étant vue majoritairement comme une forme de divertissement, et le travail comme une forme aliénante, l’homme s’auto-emprisonne dans son jugement.
Il est intéressant de se restituer ces notions ; le travail qui étymologiquement signifie tripalium, c'est-à-dire instrument de torture, de souffrance, nous permet d’affirmer qu’il est vu comme un moyen d’ être empêché de faire ce que l’on veut, par la suite, la liberté, libertas, est conçue habituellement comme une absence de toute contrainte étrangère.
Aux sources de notre civilisation, la liberté est la libre condition de l’homme qui n’est pas esclave ou prisonnière. Le travail est là pour produire des biens dont l’homme en ressent le besoin.

Commentaires