Le travail peut-il être déshumanisant ? Dissertation

Le travail peut-il être déshumanisant ?
Dissertation se demandant si le travail détruit notre dignité d'homme ou s'il peut au contraire la renforcer.
№ 28548 | 2,650 mots | 0 sources | 2012 | FR
Publié le juil. 02, 2012 in Philosophie , Psychologie , Sociologie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

A première vue, le travail, tel que ce à quoi on l'associe le plus souvent, est une activité des plus péjoratives : de fait, il est le plus souvent qualifié de pénible, douloureux mais nécessaire, ce qui le réduit à une forme d'esclavage. En effet, le « travail », du latin « tripalium », fait référence à un instrument à 3 branches dont se servaient les esclaves et qui provoquait la souffrance de ceux-ci. D'ailleurs, on peut lire dans la Bible que le travail est perçu comme une punition ; après avoir croqué dans une pomme, Adam reçoit comme correction le travail, épreuve douloureuse : « tu travailleras à la sueur de ton front ». Cependant, comment expliquer tant de critiques sur l'opposé du travailleur : le « paresseux » ? En effet, en caractérisant cette forme de laxisme et de lâcheté par un refus de la coopération, du partage des efforts et par une forme d'abandon, de renoncement ainsi que de faiblesse de la volonté, le travail est valorisé sous la forme d'un processus formateur de la volonté et qui serait nécessaire pour parvenir à une existence autonome et libre : on perçoit donc dores-et-déjà que le travail se renverse lui-même comme un processus ayant de la valeur, comme l'explique Hegel dans la dialectique du maître et de l'esclave.

I- Le travail semble être déshumanisant puisqu'il nous réduit au statut d'animal
II- Le travail peut-être enrichissant (pas seulement au sens propre du terme) puisqu'il pourrait tout de même conduire à l'affirmation de soi, à persévérer dans son existence

Extrait du document:

Le travail peut donc être décrit comme une forme de dressage, dans la mesure où les entreprises cherchent à plier leurs employés, tel une police d'après Nietzche, à des normes strictes et universelles (par exemple pour l'uniforme chez Dominos pizza) qui doivent être respectées et dans la mesure où nombreuses sont les sociétés qui placent leurs travailleurs sous surveillance, tel un coaching infantilisant, comme il en est question chez « Téléperformance » dans le documentaire de Pierre Carles : Attention danger : travail !

Commentaires