Le vertige de l'imagination Dissertation by Oktsar

Le vertige de l'imagination
Dissertation se demandant si le vertige est la perte de sens du réel et cherchant à déterminer si le vertige peut être un moyen d'accès à autre chose.
№ 24863 | 4,200 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le juin 16, 2011 in Philosophie
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le vertige ? C'est la peur de tomber dans le vide. C'est aussi un égarement, celui d'une personne placée dans une situation qu'elle ne maitrise pas vraiment. Là où il y a vertige il n'y a pas de limites, c'est l'absence de repères stables qui la place dans cette situation.
C'est une expérience subjective, une impression par laquelle on ressent un mouvement. Les rapports avec l'imagination sont multiples. Le vertige est un rapport subjectivement altéré à l' « ic-et-nunc » dans sa consistance matérielle. Le vertige est une situation de non-maîtrise, donc il y a une dimension de passivité. Le vertige engage donc une expérience psychique et somatique. L'imagination (comme processus) est une activité psychique. L'imagination n'est pas seulement activité, elle est aussi acte, mais même dans le sommeil (symbole de la passivité) elle est active. La dimension de passivité dans l'imagination est évidente. Le vertige est un mot très connoté, c'est la peur de la chute dans le vide. Connotation morale et religieuse, liée à la chute. L'expérience du vertige est une expérience très trouble, car il y a inévitablement une fascination pour le vide, une volonté de sauter. L'imagination est extrêmement ambivalente, le vertige de l'imagination c'est aussi la grande tentation. L'enjeu est que le vertige renvoie à un rapport subjectif et perturbé avec le réel. Le sujet aborde donc les rapports entre l'imagination et la réalité.

I/ Entre vertige et imagination, la relation est de nécessité interne car il ne peut pas y avoir de vertige sans imagination et pas d'imagination sans vertige, ce pourquoi l'imagination a rapport avec le risque de la chute
II/ Pour autant le vertige de l'imagination n'est pas sans remèdes, à quelle condition une imagination sans vertiges est-elle réellement pensable ?
III/ Ainsi, le vertige ne peut-il pas avoir une dimension féconde, une imagination sans vertiges est-elle véritablement féconde ?

Extrait du document:

Breton met en accusation un monde où l'imagination est soit proscrite, soit totalement instrumentalisée au profit de l'efficacité pratique. L'imagination est donc asservie et atrophiée ce qui est préjudiciable car l'imagination pour Breton c'est la forme la plus haute de la liberté de l'esprit. Dès lors toutes les pratiques surréalistes ne visent qu'une chose : rétablir l'imagination dans ses droits, retrouver la spontanéité de l'imagination.
  • Analyse de la pièce d'Ibsen, "La Maison de Poupée" montrant comment un texte écrit il y a cent cinquante ans sur la condition féminine est toujours actuel.
    № 7800 | 1,320 mots | 0 sources | 2008 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation traitant du thème de la vie, de sa durée et de l’insatisfaction de l’homme au cours de sa vie.
    № 7123 | 1,145 mots | 0 sources | 2008 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire de l'arrêt du Conseil d'Etat du 21 décembre 1990 portant sur la légalité externe en droit administratif.
    № 23572 | 1,650 mots | 0 sources | 2011 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires