Les acteurs des politiques publiques : l'affrontement des intérêts Dissertation by sassou

Les acteurs des politiques publiques : l'affrontement des intérêts
Dissertation sur les interactions et les affrontements que se livrent les acteurs politiques dans le cadre des politiques publiques.
№ 23688 | 2,315 mots | 7 sources | 2011
Publié le avr. 12, 2011 in Sciences Politiques
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Il existe de nombreuses définitions des politiques publiques, mais l'on y retrouve toujours au moins l'un des éléments suivants : acteurs, activités, problèmes ou solutions. Tous les chercheurs les définissent globalement comme étant des activités ou des absences d'activités de la part des acteurs gouvernementaux, c'est le cas par exemple de l'un des premiers spécialistes des politiques publiques, Thomas R. Dye, en 1984. Yves Meny et Jean-Claude Thoenig ont défini de manière très rationnelle la notion de politiques publiques vue par les chercheurs : « est une politique publique un programme d'actions d'une autorité publique ». Pendant les années 80, aux termes actuels de « politiques publiques » étaient préférés « politiques gouvernementales » (comme Bellavance, en 1985).

1. Du pluralisme au corporatisme
2. Le concept de réseaux d'action publique

Extrait du document:

P. Hassenteufel explique que le pays qui a été souvent considérée comme le plus proche de l'idéal type corporatiste est l'Autriche. Les groupes d'intérêt y ont eu un poids très important dans la constitution de politiques publiques, notamment grâce à une « représentation des intérêts fortement concentrée, monopolistique (une seule confédération syndicale et une seule organisation patronale) ». Cela leur a permis de jouer un rôle non seulement dans la décision des politiques publiques, mais aussi dans leur mise en œuvre. Mais depuis une trentaine d'années, l'Autriche connait une nette diminution de l'influence de la logique néo-corporatiste, qui découle d'un affaiblissement politique interne aux groupes d'intérêts corporatistes.

Commentaires