Les conséquences du mode d'élection du président de la Vème République Dissertation by alexdt92

Les conséquences du mode d'élection du président de la Vème République
Dissertation qui traite des conséquences institutionnelles et politiques du scrutin uninomal majoritaire à deux tours.
№ 8720 | 910 mots | 0 sources | 2007 | FR
Publié le nov. 11, 2008 in Histoire , Sciences Politiques
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

En 1962, la thèse de De Gaulle était que ses successeurs n'auront pas de légitimité aussi forte que lui. En effet, les français ont fait appel à De Gaulle pour qu'il règle le conflit algérien, ce qu'il a fait. Lors du référendum de 1958 sur l'adoption de la Constitution élaborée par De Gaulle, Michel Debré et Guy Mollet, le « oui » l'a emporté avec environ 80%.
Alors, De Gaulle voulait à l'aide d'une révision de la Constitution que le président de la République soit élu au suffrage universel direct pour conserver une certaine légitimité aux yeux du peuple. C'est donc à partir de 1962 que le président de la République français est élu au suffrage universel direct et son mode d'élection est celui du scrutin uninominal majoritaire à deux tours : article 7 de la Constitution.

I - Les conséquences d'un président élu au suffrage universel direct
A. Naissance du rapport président-peuple au détriment du rapport président-parlement
B. Renforcement des pouvoirs du président

II - Les conséquences d'un président élu au second tour
A. Un président élu à la majorité des suffrages
B. La bipolarisation de la vie politique

Extrait du document:

Tout d'abord, il y a la naissance du lien président-peuple. C'est le peuple qui choisit le président. Ainsi, puisque le président est voulu par le peuple, sa légitimité est renforcée et ceci était bien l'objectif visé par De Gaulle. A partir de 1962, le président ne procède plus du Parlement. En effet avant, le président devait sa nomination au Parlement. C'est pour cela qu'il dépendait de ce dernier. Le rapport président-parlement est affaibli du fait de cette élection par le peuple. Le président ne doit rien au Parlement.

Commentaires