Les droites en France de 1848 à 1958 Dissertation

Les droites en France de 1848 à 1958
Dissertation se demandant si les partis de droites ne constituent pas un courant qui a su s'adapter à l'opinion et aux circonstances pour s'imposer, après quelques difficultés, au pouvoir.
№ 18168 | 2,070 mots | 0 sources | 2009
Publié le juil. 26, 2010 in Histoire , Sciences Politiques
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Avec l'apparition et l'application du suffrage universel en 1848, la droite, déjà relativement affaiblie en raison de son espoir de tradition avorté en 1830, la droite voit son influence amoindrie. C'est alors un véritable combat pour séduire l'opinion – ou lui imposer ses idées – qui va s'engager pour la droite ; plusieurs mouvances de droit vont progressivement se dessiner, chacune d'elle tentant par divers moyens et en fonction des opportunités de gagner le pouvoir dans une France progressivement et de plus en plus séduite par une république sociale et progressiste. 1848 marque donc le début de la IInde République et par là-même l'affaiblissement des courants politiques conservateurs, pour un retour à la monarchie, à un pouvoir autoritaire et concentré ; 1958 voit l'avènement de Charles de Gaulle et de la Ve République, c'est-à-dire d'une droite renouvelée et partisane d'une République dont l'exécutif serait fort et concentré entre les mains du président de la République : la droite semble s'être adaptée pour finalement sortir victorieuse de ces cent-dix années de conquête du pouvoir.

I/ Entre 1848 et 1873 les droites tentent de se renforcer en apparence pour finalement s'affaiblir en 1867 avec la réorientation plus libérale du IInd Empire, et sa chute en 1870
II/ La droite se recompose face à une gauche grandissante et plus forte, et tend, par divers moyens, à reconquérir sa force perdue
III/ La droite tend à regagner du terrain à partir de 1936 et de s'interroger sur les raisons d'un tel renversement de situation

Extrait du document:

En 1848, la droite assiste à l'application du suffrage universel direct, contraire au principe de dynastie et de succession du trône par filiation directe qui est celui des conservateurs. La droite voit donc ses opinions dépassées ; mais il convient de considérer la IInde République pour voir qu'elle demeure en grande partie conservatrice.

Commentaires