Les droits de l'homme doivent-ils avoir une vocation universelle ? Dissertation

Les droits de l'homme doivent-ils avoir une vocation universelle ?
Dissertation sur les droits de l'homme, régulièrement bafoués comme en témoigne l’Amnesty International.
№ 1604 | 1,845 mots | 0 sources | 2007
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Au regard du droit international, il semble évident que les droits de l’Homme ont pris depuis 1945 une place essentielle dans le monde entier. Le symbole le plus important est l’adoption, en 1948, de la « Déclaration universelle des droits de l’Homme ». Depuis, les pactes internationaux de 1966 et autres conventions régionales sont venus réaffirmer et asseoir ces principes.

I) Les droits de l’Homme : un universalisme occidental

A) Les fondements historiques et philosophiques
B) L’opposition entre individualistes et holistes
C) Forme moderne et perspectives


II. L’aporie du relativisme culturel

A) Universalisme n’est pas universalité
B) Des conceptions différentes de la dignité humaine
C) L’impossible justification du droit d’ingérence


III. Vers une conception multiculturelle des droits de l’homme

A) L’effet incertain d’une globalisation de la démocratie
B) La lutte réciproque contre l’ethnocentrisme
C) Le dialogue transculturel

Extrait du document:

Le 3 décembre 2003, le président Jacques Chirac déclarait à l’issue d’un entretien avec le président tunisien Ben Ali que « le premier des droits de l’Homme, c’est de manger, d’être soigné, de recevoir une éducation et d’avoir un habitat ». Il en concluait donc que la Tunisie était à cet égard « très en avance sur beaucoup d’autres pays ». Les réactions indignées à ces propos furent nombreuses et menèrent notamment le premier secrétaire du PS François Hollande à affirmer que « ce n’est pas la première fois que Jacques Chirac considère que les droits de l’Homme n’ont pas une vocation universelle et doivent s’adapter à la situation spécifique de chaque pays voire même à « leur culture » ».
Cette controverse posait bien les problèmes relatifs à la définition du concept de droit de l’Homme, à son origine, à sa portée et à son éventuelle relativité culturelle.
Pourtant, il est clair que les droits de l’Homme sont régulièrement bafoués comme en témoigne le rapport annuel d’Amnesty International. Pour beaucoup d’Etats, l’adhésion à ces principes semble n’être que de façade, afin de ne pas être marginalisé au sein de la communauté internationale.

Commentaires