Les Hommes doivent-ils travailler pour être humains ? Dissertation by Scrim

Les Hommes doivent-ils travailler pour être humains ?
Dissertation qui traite de la nature même du travail, de son origine et de ses limites dans la société moderne et postmoderne.
№ 7445 | 2,795 mots | 0 sources | 2007
Publié le juil. 28, 2008 in Philosophie , Sociologie , Questions Sociales
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les hommes doivent-ils travailler pour être humains ? Cette interrogation semble sous entendre directement que l’homme peut ne pas être humain. Il convient alors de définir ce qu’est l’humanité par rapport à l’Homme, puisqu’au sens commun il est courant d’entendre qu’un animal peut être plus humain qu’un homme, ou bien que l’on peut être accusé de « crime contre l’humanité ». Un point de vue purement scientifique stipulerait qu’appartient à la lignée humaine tout individu possédant au moins une des caractéristiques suivantes : bipédie exclusive, volume crânien important, activité socioculturelle.
Mais l’Humanité semble plutôt résider dans le plan du relationnel entre les hommes plutôt que dans une caractéristique physique issue de l’évolution naturelle. Bien que tout homme soit chargé dès sa naissance d’un bagage historique et héréditaire, il semble clair que l’humanité d’un homme naîtra au contact de la société, à travers son éducation et les expériences qu’il vivra.

1. L’Humanité naît dans la négation de la Nature

2. L’arrivée dans l'époque moderne de la machine

3. Le sens profond du travail modifié, il ne s'agit plus uniquement de gagner de l'argent

Extrait du document:

On l’a vu, le début de l’Humanité naît donc dans la négation de la Nature. Cette négation permet à l’Homme de ne pas retomber à un état animal, c'est-à-dire à l’état purement naturel. Ceci s’effectue à travers l’éducation dans la société et à travers les nombreux interdits qui jalonnent le développement intellectuel d’un enfant. C’est dans cette négation de la nature que se rejoignent humanité et travail. Le travail, aux origines de la Grèce, a été relégué aux esclaves car il représentait une réponse aux besoins naturels et primaires de l’homme. Il était considéré comme une activité basse, contrairement aux travaux de l’esprit, comme l’art, l’érudition ou la culture du corps. Ces volontés d’élévation à la fois de l’esprit et du corps témoignent d’une césure volontaire de l’Homme avec la Nature, c'est-à-dire d’un processus d’acculturation. Ainsi, chez les grecs, l’esclavage n’avait aucune justification économique, mais il éliminait simplement des conditions de la vie le travail, permettant à l’Homme d’échapper à ce fatum auquel le contraignait son corps, et lui permettant de s’adonner à loisir aux activités de l’esprit, seules véritables occupations dignes de l’homme libre.

Commentaires