Les Métamorphoses d'Ovide : livres X, XI et XII Dissertation

Les Métamorphoses d'Ovide : livres X, XI et XII
Réflexions sur l'image de l'artiste à travers le mythe d'Orphée et sur les difficultés de la création artistique.
№ 349 | 850 mots | 0 sources | 2006
Publié le mai 29, 2007 in Littérature
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans son livre, Les Métamorphoses, Ovide dépeint l'histoire de la civilisation depuis la création du monde jusqu'à son époque. Si l'intérêt historique de ce recueil est évident, celui-ci a aussi une grande portée symbolique. Ainsi, cette étude met en évidence l'image que donne l'artiste à travers son oeuvre : il apparaît mythifié par sa capacité à créer des oeuvres éternelles, mais néanmoins conscient des dangers du narcissisme.

1. Le mythe d’Orphée : un double d'Ovide
2. L’image de la parole poétique par rapport à celle de la violence

Extrait du document:

Après la perte d’Eurydice, Ovide donne la parole à Orphée qui n’arrêtera son discours qu’à la fin du livre X. Ce dernier célèbre la perfection de l’art et déplore la perte de sa bien-aimée par des histoires d’amours étranges. Cette même célébration de la puissance artistique se retrouvera au livre XI avec le concours de musique entre Pan et Apollon. Orphée, dans le livre X, incarne donc le poète lyrique, étant par ailleurs considéré comme le double symbolique d’Ovide.(...)
De plus, le danger de l’artiste est, selon Ovide, de se complaire pour sa création. Ainsi Pygmalion, incapable d’aimer autre chose que sa statue, marquera ses descendants. Myrrha, arrière-petite-fille de Pygmalion, amoureuse de son père, ne pourra désirer autre chose qu’un reflet d’elle-même. Cette réflexion va en amener une autre, plus profonde, que pose l’auteur sur son travail d’écriture : quel est le rôle de l’artiste par rapport à sa création ? Ne fait-on, finalement, de l’art que pour se projeter soi-même ?

Commentaires