Les mouvements ouvriers français et allemands au XIXème siècle Dissertation by Amroze

Les mouvements ouvriers français et allemands au XIXème siècle
Dissertation d'histoire sur l'émergence des mouvements ouvriers et leur évolution en France et en Allemagne dans la deuxième moitié du XIXème siècle.
№ 421 | 3,730 mots | 6 sources | 2006
Publié le juin 10, 2007 in Histoire , Sociologie
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le XIXème voit la naissance d’une conscience de classe et d’une identité sociale. Le syndicalisme qui se développe autant en Allemagne qu’en France traduit concrètement cette volonté d’affirmation des classes ouvrières, mais s’exprime de manière différente selon les pays.
Ce devoir décrit le développement du syndicalisme en France et en Allemagne.

I. La naissance du mouvement ouvrier
A. Grèves, journée du travail et organisations prolétariennes à la base de l'identité ouvrière
B. Les influences idéologiques : la revendication d'une identité ouvrière
II. Le syndicalisme ou l'aboutissement d'une conscience de classe ouvrière
A. La naissance du syndicalisme en France et en Allemagne
B. Le clivage entre syndicalisme révolutionnaire et syndicalisme réformiste

III. Les revendications des mouvements ouvriers : échec ou succès ?
A. En France
B. En Allemagne

Extrait du document:

La deuxième moitié du XIXème est marquée par l’expansion de la grande industrie qui accélère les transformations du monde ouvrier en accroissant l’importance du prolétariat d’usine, de sorte qu’en 1900, les salariés représentent les 2/3 des actifs en Allemagne et 58% en France où le travail indépendant résiste mieux. Le développement de la classe ouvrière s’est fait parallèlement aux progrès du machinisme et de la concentration ouvrière. La structure des classes laborieuses se stabilise à la fin du 19e : les habitats se concentrent à proximité des usines ou des puits de charbon, le paternalisme patronal se développe, des hiérarchies ouvrières s’établissent… Le nombre d’ouvriers ne cesse d’augmenter dans les pays qui ont été les premiers à s’industrialiser, tel que la Grande-Bretagne ou la France (où il atteint 6 millions en 1906. En Allemagne pays industriel plus récent, mais particulièrement dynamique, le nombre des ouvriers d’usine (les trois quarts du monde ouvrier) augmente à la fin du siècle plus rapidement que l’ensemble de la population (six millions ne 1898, neuf en 1907). La condition ouvrière reste très difficile dans la seconde moitié du 19e. Le prolétariat ouvrier vit dans la misère, l’incertitude, les congés sont rares, la journée de travail est longue (10 heures), le travail fourni demande des efforts physiques considérables, les maladies contractées à l’usine restent monnaie courante… La concentration industrielle va favoriser la prise de conscience d’une identité de situation chez les ouvriers. Ils vont se rendre compte de la nécessité de s’unir, de réagir pour améliorer leur situation, conquérir des droits, défendre leurs acquis. Ces idées sont à la base des différents mouvements ouvriers, en France ou en Allemagne. On peut alors se demander comment ces mouvements vont se développer et évoluer ? Quels vont être leurs inspirations et leurs effets sur la condition ouvrière ?

Commentaires