Les passions peuvent-elles nous tenir lieu de principes ? Dissertation

Les passions peuvent-elles nous tenir lieu de principes ?
Dissertation se demandant en vue de quoi est-ce que l'on doit choisir et déterminer nos principes et leur fondement.
№ 30221 | 1,790 mots | 0 sources | 2013 | FR
Publié le nov. 20, 2013 in Philosophie , Psychologie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La notion de principes peut être définie de trois manières différentes : il peut s'agir, comme dans le langage courant, de règles de conduite, de choix de vie philosophiques. Les principes peuvent également désigner une base ou un point de départ, une origine à ce que l'on est en tant qu'individu ; une sorte d'auto-caractérisation choisie. C'est à relier avec une troisième définition, qui dans le champ scientifique, assimile la notion de principe à une loi générale vérifiée par l'expérience. Nous nous appuierons plutôt sur les deux définitions précédentes mais il est intéressant de remarquer le lien qu'elles entretiennent avec la troisième : les lois que choisit l'individu pour fonder ses actions et son jugement sont très certainement issues de son expérience et on peut considérer que les valeurs ou les principes d'une société sont basés sur des siècles d'observation.

1. Le sens commun qui considère les passions comme quelque chose dont il faut s'écarter pour laisser place à la raison, en vertu de leur caractère dangereux et incontrôlable
2. Les passions peuvent être positives et elles peuvent être ce qui nous caractérise le plus fidèlement : elles pourraient devenir des principes de vie
3. Raison et émotions ne sont pas incompatibles et permettent peut-être, combinées, un réel progrès

Extrait du document:

Mais alors, cela signifie peut-être que la raison ou l'intellect, seraient subordonnés à nos émotions, car au final moins important. Pourtant, on a du mal à admettre que quelque chose de passif et de subi prenne le dessus sur quelque chose d'actif et volontaire. Ainsi, si la raison, apparemment moins vivifiante que les passions, est subornée à ces dernières, alors on peut imaginer que son rôle est celui de censeur. L'intellect -ou la raison-, qui analyse et produit un jugement sur les éléments de connaissance issus de l'expérience, est donc en quelque sorte confrontée aux passions et peut essayer d'en rejeter certaines qu'elle considère dangereuses tout en ne pouvant les contrôler.

Commentaires