Les républicains français et la nation, 1848-1919 Dissertation

Les républicains français et la nation, 1848-1919
Dissertation se demandant si la nation est outre le socle d'unité, la matière et l'œuvre des républicains français de 1848 à 1919.
№ 23230 | 2,240 mots | 0 sources | 2011
Publié le mars 20, 2011 in Histoire , Sciences Politiques
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le républicanisme en France fut une forme singulière, reposant non pas sur une forme institutionnelle, la République, mais sur des valeurs héritées des Lumières et de la Révolution Française, qui non seulement accordent une grande importance à la nation, mais fait de la république son corollaire inévitable. En effet, les républicains ont élaboré une pensée liant la république à la nation, ce qui était le fruit de sensibilités bien plus que l'expression de représentations idéologiques ou de théories. Cependant les rapports qu'entretiennent les républicains français avec la nation ne sont pas immuables et évoluent au cours de la période concernée d'une manière symétrique à l'évolution du républicanisme d'une part, et de la conception de la nation d'autre part. Ainsi, alors que les débordements révolutionnaires de 1848 veulent se faire l'écho de 1793 en proposant une exaltation romantique du lien entre la République et la Nation, ce dernier est tout autre en 1919 à l'issue du premier conflit mondial. L'idée même de la nation se retourne entre-temps contre ses initiateurs, pour devenir la pièce maîtresse des discours d'extrême droite. La quête de cette Nation dans les termes de 1789 la liant à la démocratie reflète le cheminement des républicains français pour enraciner la République à travers les différents tâtonnements politiques.

Les républicains ont en 1848 une conception idéalisée et contradictoire de la nation qui tend à consolider dans un premier temps la symbiose entre république et nation, mais produit un retour à la tyrannie. La IIIème République en revanche utilise la nation comme méthode de gouvernement et favorise ainsi son enracinement, malgré la récupération antagoniste de ce thème par des partis de droite.

Extrait du document:

Paradoxalement, le sentiment universaliste de la nation se double d'un certain chauvinisme : les républicains adhèrent à un nationalisme qui d'universaliste devient franco-centré à force de placer la nation française comme supérieure aux autres nations. Ce chauvinisme, faute d'une définition plus précise de la nation, dérive par conséquence en xénophobie : bien que les Polonais soient un peuple opprimé, ils les considèrent « les cosaques » comme des barbares, opposés de surcroît à la « civilisation » française.

Commentaires