Les résistances au modèle de l'Etat-Nation Dissertation

Les résistances au modèle de l'Etat-Nation
Dissertation sur les divergences de conception qui sont à l'origine des résistances au modèle de l'Etat-Nation.
№ 27626 | 3,625 mots | 7 sources | 2012 | FR
Publié le janv. 03, 2012 in Histoire , Sciences Politiques
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« Nous cesserons dès à présent d'être des Britanniques, des Français ou des Allemands […] nous devons défaire le dernier ressort de l'égoïsme national ! »
En appelant de la sorte à la disparition des nationalités, Victor Hugo semble se placer dans le sens contraire du mouvement du 19e siècle, vers une Europe d'Etats-Nations. Pourtant, au-delà de sa volonté encore isolée de créer les Etats-Unis d'Europe, il n'exprime pas –loin s'en faut- une idée marginale. En effet l'avènement du modèle de l'Etat-nation n'est pas sans créer de vives résistances.

1. La première des résistances au modèle de l'Etat-Nation provient notamment des archaïsmes des Empires et des Etats multinationaux
2. Mais la remise en cause du modèle se retrouve au sein même des Etats-Nations lorsque des peuples revendiquent leur particularisme ou leur désaccord avec le gouvernement qui les dirige
3. Ces résistances internes et externes amènent en parallèle le développement d'alternatives au modèle de l'Etat-Nation, entre vision individualiste et idéal international

Extrait du document:

Les périodes successives de la Révolution française et de la domination napoléonienne sur l'Europe laissent un héritage en 1815 qui se caractérise par un éveil des nationalités. Agitant les foules, en écho au cri de Valmy en 1792, « Vive la Nation ! », ce sentiment fait émerger le désir d'associer à la nation un territoire propre. Cependant cet élan nationalitaire est brisé dans l'œuf par la « chape de plomb » du Congrès de Vienne partageant entre les puissances vainqueurs les territoires européens sans la moindre prise en compte des nationalités - à l'image de la Pologne, dont l'Etat disparaît et dont le territoire est réparti entre la Russie, la Prusse et l'Autriche.

Commentaires