Les spécificités de la décolonisation portugaise en Afrique Dissertation

Les spécificités de la décolonisation portugaise en Afrique
Dissertation sur les particularités de la décolonisation portugaise en Afrique envisagées depuis le début du XXe siècle et s'intéressant à l'ensemble de l'empire colonial portugais depuis Sao Tomé et Principe à l'Angol.
№ 10304 | 3,720 mots | 5 sources | 2009
Publié le févr. 28, 2009 in Histoire , Sciences Politiques
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Survenant après la Révolution des Œillets de 1974 (qui met un terme à la dictature fasciste de Marcelo Caetano, successeur d'Antonio de Oliveiro Salazar dont le régime de dictature militaire était en place depuis 1923), la décolonisation portugaise est tardive et reste gravée dans les mémoires comme l'une des plus chaotiques et tragiques.
A la veille du 25 avril 1974, le Portugal disposait en effet du second empire colonial le plus vaste après la Russie. Ces possessions africaines comprenaient alors les archipels du Cap Vert et de Sao Tomé dans l'Atlantique, la Guinée Bissau sur le flan occidental du continent, et l'Angola et le Mozambique dans le cône sud de l'Afrique.

1. L'empire portugais d'Afrique australe : l'un des derniers bastions du colonialisme occidental
2. L'Afrique portugaise en guerre pour des indépendances arrachées

Extrait du document:

La première colonie à obtenir son indépendance est comme nous l'avons vu précédemment, la Guinée Bissau, dont la souveraineté fut acquise formellement après la signature des accords d'Alger par lequel fut consacré le cessez le feu, le retrait des troupes portugaises, et l'immédiat transfert de pouvoirs à la République de Guinée Bissau, remis plus concrètement aux mains du PAIGC considéré par Lisbonne comme la seule force politique légal du nouveau pays indépendant. Non seulement cela va déboucher sur l'exécution sommaire d'une grande partie des 7000 soldats africains de l'armée portugaise, mais débouchera sur l'avènement d'un régime non démocratique. De fait, le parti révolutionnaire va s'imposer a la tête du nouvel état sans consultation populaire, écartant les éventuels groupes créés après le 25 avril 1975. Cette orientation vers un régime de parti unique, va à l'instar de l'effet domino propageant la vague des indépendances, se répéter dans les autres territoires lusophones.
Au Mozambique, le processus fut également dominé par l'hégémonie politique et militaire du FRELIMO (Front de Libération du Mozambique), mais envers lequel les réticences du JSN pour négocier débouchèrent sur une recrudescence de l'activité militaire
se caractérisant par une violence inconnue durant les dix années précédentes du conflit.
Néanmoins, dans un second temps, grâce à l'arrivée au pouvoir de la frange communiste du MFA, l'alliance entre le FRELIMO et le MFA déboucha sur la signature des accords de Lusaka en juin 1975 impulsant une transition exclusive qui margina tous les groupes et secteurs qui s'étaient opposés à l'hégémonie du FRELIMO, ce qui se révéla fatal pour le futur du pays qui vivra près de deux décennies de guerre civile. En plus de conduire a ce dramatique conflit, le manque de préparation du processus de décolonisation poussa plus de 150 000 colons vers le chemin de l'exil.

Commentaires