Les villes dans les îles britanniques sous Elisabeth Ière Dissertation by Bergotte

Les villes dans les îles britanniques sous Elisabeth Ière
Dissertation sur les villes britanniques, témoins de la matérialisation des mutations économiques et sociales entre 1558 à 1603.
№ 15187 | 2,565 mots | 0 sources | 2010
Publié le avr. 26, 2010 in Histoire
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les villes britanniques sous Elisabeth Ière évoluent et changent comme le reste des espaces, à cette époque charnière d'entrée dans la modernité, délimitée ici de 1558 à 1603. Mais par rapport aux autres espaces, une ville, au sens strict, est une concentration de la population (et donc des activités) autour d'un centre disposant de fonctions régaliennes. Toutefois, cette définition a ses limites, qui ne prennent pas en compte les mutations, les évolutions et les dimensions de la ville qui est certes un espace bâti, concret mais également un espace pensé et vécu.

1. La ville est étymologiquement la « villa » latine, c'est-à-dire avant tout une unité économique de production, de consommation et de gestion, correspondant en ce sens à l'oïkos grec
2. Toutefois, les îles britanniques sous Elisabeth Ière sont loin d'être une civilisation urbaine
3. Mais il y a sans doute un excès à considérer la ville indépendamment de son environnement

Extrait du document:

La ville est étymologiquement la « villa » latine, c'est-à-dire avant tout une unité économique de production, de consommation et de gestion, correspondant en ce sens à l'oïkos grec. La « villa » n'est pas forcément une réalité urbaine mais les villes britanniques à l'âge moderne ont également le sens de « l'urbs » (la polis grecque), distincte de la campagne. La ville est donc un certain nombre d'habitants mais aussi un certain nombre d'activités et de fonctions qui en font un centre, un nœud d'axes voire un pôle. Elle existe depuis la haute Antiquité et présente donc des fonctions traditionnelles qui, dans le cadre des îles britanniques sous Elisabeth Ière, se trouvent à l'épreuve de ruptures, de mutations : elle s'adapte à de nouvelles formes et de nouvelles structures.

Commentaires