Les Yakuzas en politique aujourd'hui : une place prépondérante ? Dissertation

Les Yakuzas en politique aujourd'hui : une place prépondérante ?
Dissertation sur les relations entre la mafia nippone et le monde politique au Japon.
№ 21297 | 3,030 mots | 8 sources | 2010
Publié le nov. 23, 2010 in Relations Internationales , Sciences Politiques
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Un Yakuza est un membre de la mafia japonaise. Le mot est en fait formé de trois caractères ya-ku-za, qui signifie, "gars du milieu", "vaurien". Le terme de Yakuza, quant à lui, est tiré du vocabulaire d'un jeu de dé, signifiant "8, 9, 3" et désignant la combinaison perdante. Par extension, elle désigne, les perdants, les rejetés, les gens en marge de la société. Hier comme aujourd'hui, un Yakuza est d'abord un individu rejeté d'une manière ou d'une autre par la société, parce qu'il est pauvre, qu'il a un passé criminel ou qu'il n'a tout simplement pas les ressources suffisantes pour s'intégrer. Devenir Yakuza signifie être accepté au sein d'une communauté, entouré, défendu. Ils seraient actuellement 90 000 au Japon, repartis en 2 500 gangs. Au début des années 1960, il y en avait près de 180.000, répartis en 5.000 gangs. Acteurs majeurs de la situation politique et surtout économique, ils ont dans une certaine mesure contribué à donner au pays son visage actuel. Les Yakuzas exercent une influence dans tous les aspects de la société : économique, sociale, politique. Volontairement, nous ne traiterons que du volet politique.


A. Forme de l'action des Yakuzas en politique de nos jours
B. État de l'action des Yakuzas aujourd'hui en politique
C. L'État contre les Yakuzas

Extrait du document:

Du côté de la magistrature cependant, ceux-ci ne tirant sûrement pas autant d'avantages venant de la mafia japonaise, la répression se fait moins timide. En 1994, un député du PLD est intervenu pour éviter une sanction administrative à une entreprise et a en conséquence été accusé de corruption. Ceci pourrait faire radicalement évoluer la jurisprudence.

Commentaires