Littérature comparée : quête et inachevement Dissertation by garfield1

Littérature comparée : quête et inachevement
Dissertation de littérature comparée qui aborde le problème de la quête des personnages, de l'inachèvement du récit et de la suspension du sens dans les trois œuvres "Tiers Livre", "Tristram Shandy" et "Don Quichotte".
№ 377 | 6,480 mots | 0 sources | 2007
Publié le juin 02, 2007 in Littérature
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Cette étude comparée des romans de Cervantès a pour objectif de dégager quelques éléments communs aux trois.

1. Quête des personnages et composition des œuvres en rapport avec l'inachèvement du récit

2. Quête des personnages et inachèvement du récit dans une perspective générique

3. Quête des personnage, inachèvement du récit et suspension du sens dans une perspective métaphysique : la place de la mort dans ces œuvres

Extrait du document:

Ce que suggère ici le critique c’est le discontinu, l’inachèvement qui semble caractériser non seulement le Tiers Livre mais également Don Quichotte et Tristram Shandy, faisant de ces œuvres une scandaleuse transgression sinon de l’épopée – car il serait hors de propos de considérer Tristram Shandy au prisme d’un genre qui au XVIIIe siècle n’a plus aucune actualité – du moins d’un certain type de récit traditionnel.

Ainsi, comme le souligne Edwin M. Duval à propos du Tiers Livre, ces trois œuvres, loin de se hâter vers leur fin, paraissent au contraire ne pas s’y approcher : la quête même des personnages empêche non seulement le récit de se finir, mais plus encore aboutissent à un retour au même ou à un recommencement perpétuel. Cependant faut-il véritablement mettre ces phénomènes de répétitions, de recommencements, d’achoppements des récits ainsi que les digressions, les effets de listes et les histoires intercalées qui les accompagnent sur le compte de l’échec - que celui-ci soit celui de la composition elle-même ou conscience de l’impossibilité de se conformer à un certain horizon d’attente, notamment générique - ? Au contraire, ne faut-il pas y voir la preuve d’une liberté de ces récits, liberté qui serait propre au roman et qui, en permettant de voir ces textes au prisme de ce permettrait de rendre compte de l’« étrange quête » du Tiers Livre, de Don Quichotte et de Tristram Shandy ?

Commentaires