Mal et penchants mauvais dans l'histoire de la littérature et de la peinture Dissertation

Mal et penchants mauvais dans l'histoire de la littérature et de la peinture
Dissertation partant d'une citation de Diderot se demandant si l'énergie de l'œuvre ne réside pas dans la tension des extrémités que sont le vice et la passion, qui engage le lecteur ou le spectateur dans la recherche d'un sens.
№ 25699 | 1,735 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le août 03, 2011 in Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« Presque toujours ce qui nuit à la beauté morale redouble la beauté poétique. On ne fait guère que des tableaux tranquilles et froids avec la vertu ; c'est la passion et le vice qui animent les compositions du peintre, du poète et du musicien » (Diderot)

Dans l'histoire de la littérature et de la peinture, on peut considérer le XIXe siècle comme un moment charnière : à partir du moment où l'art gagne son autonomie par rapport à la morale religieuse, il perd sa fonction d'éducation morale, et le mal y fait une entrée fracassante (Baudelaire, Lautréamont, Rimbaud...). Dès le XVIIIe siècle, pourtant, Diderot déclarait : « Presque toujours ce qui nuit à la beauté morale redouble la beauté poétique. On ne fait guère que des tableaux tranquilles et froids avec la vertu ; c'est la passion et le vice qui animent les compositions du peintre, du poète et du musicien ».

1. Vertus poétiques et vertus morales
2. La passion et le vice : une mimesis de la vie
3. La beauté en marche

Extrait du document:

La nature constitue une sphère pré-morale, qui est indifférente au bien et au mal. Ses lois sont celles de la nécessité, et l'homme ne peut que s'émerveiller de cet ordre, en l'interprétant comme vertueux.
Une telle conception reste circonscrite à l'argumentation de La Profession de foi du vicaire savoyard : le spectacle de l'harmonie du monde pousse le vicaire à dire qu'il faut non seulement une volonté pour le mouvoir, mais une volonté intelligente (un Dieu bon).
Cette vision de la nature a cependant des conséquences morales, et agit comme un aiguillon de la vertu.

Commentaires