Migrations et identité dans un monde globalisé Dissertation

Migrations et identité dans un monde globalisé
Dissertation se demandant comment la mondialisation et l'intégration internationale croissante redéfinissent les identités et le rapport qu'entretiennent nations, identités et migrants.
№ 27912 | 1,850 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le févr. 13, 2012 in Histoire , Relations Internationales , Sciences Politiques
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Nous allons nous demander dans cette dissertation comment la mondialisation et l'intégration internationale croissante redéfinissent les identités et le rapport qu'entretiennent nations, identités et migrants. En posant la question de savoir si ce nouvel ordre du monde est synonyme de la fin d'un rattachement des hommes à une terre donnée ou si ce rapport a simplement évolué vers quelque chose de plus changeant et externalisé. Pour le dire autrement, assistons-nous à un changement des comportements humains qui tend vers la fin du sédentarisme ? Comment les migrations sont-elles vécues par les intéressés et comment sont-elles prises en charge par la communauté internationale ?

1. Définitions et idées reçues sur les frontières et migrants
2. Les théories classiques et le mythe de Bigo
3. Une politique de migration, oui, mais à quelle échelle ? Tentative de multilatéralisation des migrations vouée à l'échec ?

Extrait du document:

La théorie néoclassique part du principe que les migrations équilibrent les États. Dans certains pays, il y a beaucoup de main d'œuvre et peu de travail, et dans d'autres beaucoup de travail (capital) et peu de main d'œuvre. Les individus font donc des choix rationnels, évaluent les risques, coûts et bénéfices et choisissent ensuite de migrer ou non. Les effets pervers étant que si les flux migratoires vers une même destination s'amplifient, cela créé de la concurrence, donc de la pauvreté. Cette théorie cependant impliquerait une parfaite égalité entre pays du Nord et du Sud, ce qui n'est pas le cas. De plus, la théorie de la dépendance affirme que le centre riche ne fait qu'exploiter les périphéries plus pauvres, et que les migrations ne font que répondre à cette domination.

Commentaires