Monsieur Thiers et la République de 1848 à 1877 Dissertation by annouille

Monsieur Thiers et la République de 1848 à 1877
Dissertation d'histoire se demandant quels ont été les regards successifs de monsieur Thiers vis-à-vis de la République.
№ 17440 | 3,435 mots | 3 sources | 2008
Publié le juin 29, 2010 in Histoire
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le XIXème siècle est le moment de tous les changements, en ce qui concerne la nature du régime politique en France. Monarchies, empires et républiques se succèdent. Pendant cette période, on trouve des personnalités fortes qui ont marqué les esprits, et le font encore aujourd'hui. Adolphe Thiers est l'une d'entre elles. Acteur important, on le trouve à une place de choix sur la scène politique pendant presque trente ans de l'histoire française, de 1848 à sa mort en 1877. Or cette période correspond aussi à une suite de régimes qui amène la mise en place durable de la République en France. En effet, si la Troisième République est proclamée dès le quatre septembre 1870, il faut attendre neuf ans avant qu'elle soit aux mains des républicains. Voyant cela, on peut se demander quel lien il peut y avoir entre cet homme, monsieur Thiers, et cette forme de régime, la République. Au regard de l'histoire française à cette époque, on peut cependant lever un problème concernant ce probable lien : il est évident que Thiers ne fait pas partie en 1848 de la famille républicaine, bien au contraire ; ce n'est qu'à l'approche de sa mort en 1877 qu'il s'y rallie.

I. Thiers, l'orléaniste
II. Thiers et le mouvement de la Résistance
III. Thiers, Républicain

Extrait du document:

Lorsqu'il forme son ministère, il nomme certes des conservateurs mais pas seulement. On trouve des républicains modérés comme Jules Favre ou Jules Simon. Il nomme aussi à l'administration de Paris le républicain Jules Ferry. On voit bien par ce rapprochement avec des républicains sa position de gauche au sein des libéraux. En rapprochant ainsi les conservateurs du centre-droit, les libéraux de sa tendance et des républicains modérés, il propose un régime de conjonction des centres.

Commentaires