Nier le libre-arbitre, est-ce nier la liberté ? Dissertation by juliah

Nier le libre-arbitre, est-ce nier la liberté ?
Dissertation philosophique portant sur la tension existant entre la liberté et le libre-arbitre.
№ 8452 | 2,400 mots | 0 sources | 2007
Publié le oct. 26, 2008 in Philosophie
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Être libre de choisir, être maître de ses actions, voilà bien une idée concrète de ce ‎qu'est la liberté. Nier l'idée que l'homme puisse déterminer lui-même ses actes revient ‎alors à nier la liberté humaine. Ce postulat semble impliquer l'existence d'un lien entre ‎les deux notions de libre-arbitre et de liberté, comme si l'un ne pouvait être sans ‎l'autre et réciproquement.
‎Cependant, cette corrélation reste problématique puisqu'il semble, selon certains ‎philosophes, que l'homme ne possède pas réellement de libre-arbitre mais qu'il soit ‎assujetti à la nécessité.
L'homme est-il alors encore un être libre si l‘on convient à nier ‎ce concept de libre-arbitre ? ‎

Extrait du document:

Le libre-arbitre est une notion qui attribue à l'homme le pouvoir de choisir, la capacité ‎de se déterminer par lui-même, volontairement et d'être la cause première et absolue ‎de ses actes, motivés par aucun autre mobile que sa volonté propre. Réfuter l'existence ‎d'un tel concept amène à considérer l'homme comme un être dénué de tout pouvoir de ‎décision, de détermination, de désir… Or, un des sens premier de la liberté est celui ‎qui la définit comme le fait de ne pas être empêché de faire ce que l'on veut, en ‎l'absence de toute contrainte étrangère et externe; le fait d'être, justement, cette cause ‎première de nos actes. La corrélation entre les deux est ici évidente et parait crée un ‎lien solide. Et à l'inverse, lorsque l'homme est contraint de faire quelque chose sous la ‎pression d'un ordre qui va contre sa volonté, il expérimente immédiatement ‎l'assujettissement, la dépendance, voire l'oppression. Il y a donc bien un lien certain ‎entre involontaire et non libre. C'est assurément un des sens de la liberté que celui de ‎l'expression de la volonté, et un sens profond comme l'indique Descartes; « Il n'y a ‎néanmoins personne qui, se regardant soi-même dans une glace, ne ressente et ‎n'expérimente que la volonté et la liberté ne sont qu'une même chose. » ‎

Commentaires