Nord et Sud : entre culture et nature, civilisation et barbarie Dissertation by Wanderlust

Nord et Sud : entre culture et nature, civilisation et barbarie
Dissertation de littérature portant sur la fascination qu'exerce le Sud pour des écrivains comme Gide dans ‎"L'Immoraliste" et Conrad dans "Au Coeur des Ténèbres".‎
№ 7606 | 7,250 mots | 0 sources | 2008
Publié le août 04, 2008 in Littérature
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

André Gide et Joseph Conrad ont écrit sur le déracinement géographique mais tous deux ‎d’une manière bien différente, mettant en lumière des parties ténébreuses de l’homme ‎enfouies au Nord par l’éducation mais révélées au Sud par un abandon de soi inconscient, ‎un retour à l’être primitif dompté jusqu’alors par la culture.‎

I) De l’humanité à l’animalité
1) Le rapport à soi
2) Le rapport à l’autre
3) Un ordre sentimental en ruine

II) De l’esprit au corps
1) L’être secondaire (éduqué) au Nord
2) L’être authentique qui se réveille dans le Sud
3) Un troisième être, être-double.‎

III) Le Sud, métaphore de l’Enfer‎
1) La colonisation
2) La face ténébreuse de l’homme
3) La mort

Extrait du document:

L’Enfer, comme vu par de nombreuses religions, serait un lieu somme toute assez ‎logique pour abriter les criminels occidentaux. On peut se demander malgré tout avec quelle ‎légitimité on pourrait juger un homme avec des lois qui ne sont pas les siennes et dans un ‎monde différent de celui dans lequel il a été éduqué. La question se pose aussi de savoir si ‎l’homme est conduit en Enfer par les crimes qu’il a commit ou si les crimes ont été commis ‎au contact de cet Enfer. Si le Sud est cet Enfer, il serait bon de chercher où se trouve le ‎paradis (la vie avant la vie peut être ?) puisque le Nord, en développant les maladies, n’est ‎qu’un lieu de transition vers la mort. Le cours de l’existence terrestre d’un homme éduqué ‎suivrait donc un cheminement qui commencerait au Nord jusqu’à la contraction de la maladie ‎et qui s’accomplirait dans le Sud avec la mort de l’être secondaire, soit pour un nouvel être ‎authentique, soit vers un trépas total lorsque l’être secondaire n’a pas réussi à s’oublier, ‎comme cela se produit dans le Nord, où les morts d’êtres secondaires s’expriment à foison. ‎Pourtant, chez Conrad, les maladies ne sont contractées que directement au Sud, la ‎bipolarité Nord / Sud, Paradis / Enfer s’exprime donc de façon bien plus marquée. En plus ‎d’être le tombeau occidental, Le Sud est aussi le bourreau. Le fleuve représente alors le Styx ‎du Royaume d’Hadès, l’eau est la métaphore de l’entre-deux, entre-deux mondes, entre-‎deux rives, entre-deux continents, entre jour et nuit définitive, entre ici et au-delà. ‎

Commentaires