« On n'est jamais excusable d'être méchant, mais il y a quelque mérite à savoir qu'on l'est » (Baudelaire) Dissertation

« On n'est jamais excusable d'être méchant, mais il y a quelque mérite à savoir qu'on l'est » (Baudelaire)
Dissertation, basée sur une affirmation de Baudelaire, se demandant si savoir qu'on commet le mal et ne pas y renoncer, n'est pas pire encore que de commettre le mal par maladresse ou par étourderie.
№ 25697 | 2,125 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le août 03, 2011 in Littérature , Philosophie
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« On n'est jamais excusable d'être méchant, mais il y a quelque mérite à savoir qu'on l'est » (Baudelaire)

L'affirmation de Baudelaire semble au premier abord paradoxale : savoir que je commets le mal et ne pas y renoncer, n'est-ce pas pire encore que de commettre le mal par maladresse ou par étourderie ? C'est du moins ce que porte à croire une première lecture de Macbeth, des Ames fortes et de la Profession de Foi du Vicaire savoyard : la conscience dans le mal est le sommet du mal. Nous verrons cependant que le mal se sachant peut être interprété comme le commen¬cement de la vertu. Enfin, les œuvres étu¬diées nous amèneront à nuancer l'idée même d'une dichotomie entre le mal se sachant et le mal s'ignorant : la vérité n'est-elle pas plus ambiguë ?

1. La conscience dans le mal, dernier degré du mal
2. Savoir qu'on est méchant : le commencement de la vertu ?
3. Le savoir du mal est toujours ambigu

Extrait du document:

Selon Rousseau, la raison, lorsqu'elle se met au service des passions, peut étouffer la voix de la conscience et me tromper moi-même. Dès lors, le mal que j'accomplis, à demi connu et à demi insu, baigne dans une irréalité douteuse. La raison livrée à elle-même et aux pièges de la spéculation philosophique peut me faire oublier les frontières du bien et du mal. C'est pourquoi le vicaire critique si sévèrement l'orgueilleuse philosophie : « renversant, détruisant, foulant aux pieds tout ce que les hommes respectent, [ces philosophes] ôtent aux affligés la dernière consolation de leur misère, aux puissants et aux riches le seul frein de leurs passions ; ils arrachent du fond des cœurs le remords du crime, l'espoir de la vertu, et se vantent encore d'être les bienfaiteurs du genre humain ».
  • Dissertation qui analyse si ce que l'individu sait des autres est un véritable savoir, ou plutôt une connaissance superficielle.
    № 11380 | 1,440 mots | 0 sources | 2009 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation portant sur une citation extraite de l'ouvrage « Théodore de Banville » de Baudelaire soulignant l'importance de l'exceptionnel en poésie.
    № 24779 | 2,540 mots | 9 sources | 2011 | détails
    8,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation qui pose la question de savoir si les bêtes peuvent être admises dans le « périmètre protecteur » des droits et dans la participation au bonheur.
    № 3299 | 5,260 mots | 0 sources | 2007 | détails
    12,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires