Où en est l'Empire carolingien en 814 ? Dissertation

Où en est l'Empire carolingien en 814 ?
Dissertation sur l'Empire carolingien, plus précisément, sur l'héritage laissé par Charlemagne à son fils Louis le Pieux.
№ 31253 | 3,005 mots | 5 sources | 2015 | FR
Publié le févr. 12, 2015 in Histoire
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

En janvier 814, Louis, âgé de 36 ans, entre en possession de l'Empire de son père Charlemagne. Depuis l'origine, la royauté franque répartit ce qu'elle possède entre les héritiers mâles. Chacun a droit à quelque chose. Le père doit partager équitablement. A Thionville, en 806, poursuivant la tradition de ses devanciers, Charlemagne a procédé au partage, destiné à entrer en vigueur sitôt sa mort. Charles, Pépin et Louis, ses trois fils, sont déjà rois. Chacun des trois garçons recevra, le jour venu, un tiers de l'Empire. D'empereur, il n'est question nulle part. Le titre impérial ne fait pas partie du patrimoine de la famille carolingienne. Le partage effectif, cependant, est différé. Pépin meurt en 810 et Charles un an plus tard. Louis seul subsiste.

I/ La situation de l'Empire en 814
II/ L'administration de l'Empire en 814
III/ La Renaissance carolingienne

Extrait du document:

La concentration paysanne paraît relativement importante dans le Nord, excessive même par rapport aux structures agraires. Ailleurs, la présence des hommes est beaucoup moins dense, nulle parfois, d'autant que la forêt recouvre une grande partie de l'espace rural. Les « déserts » sont sans doute plus la règle que l'exception. Les hommes, dans leur immense majorité, sont liés à la terre, qui les nourrit plutôt mal que bien. Ils la travaillent ou ils y prélèvent les produits de la cueillette, de la chasse et de la pêche. C'est une société rurale de peu : peu d'outils, peu de bétails, peu d'engrais, peu de rendements. Peu de monnaie aussi. Le roi a le monopole de la frappe, signe de pouvoir autant que garantie de la qualité des transactions. On remarque une légère reprise des affaires avec la multiplication des marchés locaux où le troc est vraisemblablement le mode d'échange le plus courant.

Commentaires